L'Usine Auto

Nouvelle journée de négociation chez Renault

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

La CGT appelle à la mobilisation cette semaine pour peser sur cette quatrième réunion de négociations sur la compétitivité.

Nouvelle journée de négociation chez Renault © Pascal Guittet

Un constructeur automobile peut en cacher un autre. Alors que PSA réunit mardi 11 décembre un comité central d’entreprise pour évoquer son PSE de 8 000 postes, Renault entame sa quatrième journée de négociations sur la compétitivité.

Le constructeur reste pour l’instant discret sur ses propositions pour accroître la flexibilité dans les usines.Tout juste a-t-il annoncé lors des précédentes réunions la création de pôles industriels régionaux, regroupant plusieurs sites et la possibilité de détacher fréquemment des ouvriers d’un site à l’autre.

Les syndicats aimeraient des contreparties concrètes à la signature d’un accord, comme l’attribution de modèles aux sites industriels français pour garantir leur charge. Le groupe s’est pour le moment engagé à ne fermer aucune usine, sans plus de précision.

La CGT propose par exemple de charger les usines françaises avec des modèles Dacia, puisque la marque low-cost tire les ventes du groupe Renault. Comme leurs collègues de PSA, les salariés de Renault sont appelés à débrayer mardi. Plusieurs centaines d’ingénieurs l'avaient déjà fait le 6 décembre au Technocentre de Guyancourt (Yvelines) et sur le site d’ingénierie de Lardy (Essonne).

Pauline Ducamp

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte