Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Nouvelle hausse du chômage en avril

, , ,

Publié le

Selon les chiffres diffusés le 28 mai par le ministère du Travail, l a hausse du chômage s'est accélérée en France en avril, après un léger ralentissement en mars.

Nouvelle hausse du chômage en avril © Baudinet Nicolas - L'Usine Nouvelle

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Le nombre des demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A (sans aucune activité) a progressé de 14 800, soit 0,4%, en métropole au mois d'avril 2014. Cette nouvelle hausse porte leur total à un nouveau record de 3 364 100.

En ajoutant les catégories B et C (les personnes ayant exercé une activité réduite), le nombre d'inscrits à Pôle emploi a augmenté de 36 400, soit 0,7%, pour s'élever à 4 985 900 en métropole et 5 285 600 en incluant les départements d'Outre-mer.

Sur un an, la hausse est de 3,5% pour la catégorie A en métropole et de 4,2% pour les catégories A, B et C.

Le nombre de demandeurs d'emploi de plus de 50 ans, en hausse ininterrompue depuis début 2008, a progressé de 0,7% en avril pour la catégorie A et de 0,9% pour A, B et C. Sa hausse atteint 11,6% sur un an pour la catégorie A et 11,1% pour A, B et C.

Dans le même temps, le chômage des jeunes a renoué avec la hausse (+0,2% en catégorie A et +0,4% en A, B et C), même si le recul sur un an persiste (-3,8% pour la catégorie A et -2,3% pour A, B et C).

Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits depuis un an ou plus à Pôle emploi s'est accru de 1,1% en avril, sa progression sur les douze derniers mois atteignant 10,5%.

L'Unedic a relevé la semaine dernière sa prévision du nombre de demandeurs d'emploi cette année et prévoit encore une hausse l'an prochain.

Selon le gestionnaire de l'assurance chômage, le nombre de chômeurs en catégorie A augmentera de 103 000 en 2014 et de 60 100 en 2015.  

PAS D'AMÉLIORATION SANS RETOUR DE LA CROISSANCE

Pour que la situation s'améliore, "il faudrait une reprise de la croissance sur plusieurs trimestres, puisque vous avez toujours un décalage de deux à trois trimestres entre la reprise de la croissance et l'amélioration sur le front de l'emploi et du chômage", explique Bruno Ducoudré, économiste à l'OFCE.

La croissance économique a été nulle au premier trimestre.

"Il faudrait une croissance assez forte, de l'ordre de 0,4 point par trimestre, pour attendre une baisse significative du chômage, sachant que les entreprises aujourd'hui sont toujours en sureffectifs", ajoute-t-il.

Des propos qui font écho à ceux du vice-président de l'Unedic, Jean-François Pilliard, membre du Medef, qui soulignait la semaine dernière qu'il ne fallait pas attendre d'effet immédiat sur le chômage de la mise en oeuvre du pacte de responsabilité promis par François Hollande.

"Les effectifs ne se sont pas adaptés ni à la baisse de volume ni à la baisse de marge" enregistrées depuis la crise de 2008, expliquait-il. "Ça veut dire qu'entre le moment où la croissance revient et le moment où ça a un impact significatif sur le chômage, vous avez un effet de décalage."

Dans un entretien aux journaux du groupe Ebra publié le 28 mai, le ministre du Travail, François Rebsamen, disait ne pas s'attendre "à une aggravation significative" du chômage en avril.

"Mon objectif est que la moyenne sur le deuxième trimestre de cette année soit inférieure à la moyenne du premier trimestre. Et à nouveau au troisième trimestre... Les dispositifs sont là, mais il faut aussi que l'économie française reparte", ajoutait-il.

(avec Reuters)

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle