Nouvelle fuite radioactive au Tricastin

Une fuite ayant provoqué des rejets de l'ordre de 250 grammes d'uranium par an a été détectée jeudi 21 août sur une canalisation enterrée des réseaux d'effluents de la société Comurhex, filiale d'Areva, à Pierrelatte (Drôme).

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Nouvelle fuite radioactive au Tricastin
Tricastin, suite. Une fuite d'uranium a été détectée jeudi 21 août, grâce à des travaux de construction d'une nouvelle usine de conversion de l'uranium et de modernisation des réseaux d'effluents à la Comurhex. Les ouvriers ont en effet constaté qu'un clapet de fermeture d'une canalisation souterraine, entre un laboratoire d'analyse et une station de traitement, était défectueux et a pu laisser passer des échantillons d'uranium. « De petites quantités d'uranium transitent par cette canalisation, qui est utilisée de manière occasionnelle » a expliqué Areva. Selon les dernières précisions délivrées par le groupe, elle est utilisée en moyenne une fois par semaine, pour évacuer des liquides de rinçage des pipettes et des éprouvettes du laboratoire. Les liquides en circulation seraient des concentrés à base d'uranium "naturel", respectant la proportion entre les isotopes de l'uranium existant dans la nature.

250 grammes par an. "Compte tenu du débit faible et très irrégulier de [la canalisation], la quantité de matière concernée ne peut être que mineure - de l'ordre de 250 grammes par an -, sans risque pour le personnel" affirmait un communiqué du groupe publié vendredi. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) s'est rendue sur les lieux vendredi soir, ainsi que la Direction régionale de l'industrie, de la recherche et de l'environnement (Drire). "Un suivi temporaire renforcé de la nappe et la réalisation d'analyses des sols à proximité de la fuite, sont mis en place pour confirmer le faiblesse de l'impact sur l'environnement", précise un communiqué de la préfecture. Une étude est en cours pour dater le début de la fuite et analyser les canalisations.

Depuis la fuite du 7 juillet dans l'usine Socatri, plus aucun incident ne semble pouvoir passer inaperçu aux yeux du grand public dans l'industrie nucléaire. C'est la nouvelle donne qu'entérine Areva, qui prévoit ce mercredi 27 août d'annoncer de profonds changements de procédures.

Ana Lutzky

La Comurhex, championne de l'hexafluorure d'uranium

Dans le cycle du combustible nucléaire, la Comurhex se charge de la phase de préparation chimique de l'uranium avant son enrichissement. La conversion du concentré d'uranium en provenance des mines, le « yellow cake », est réalisée en deux étapes. La Comurhex-Malvési à Narbonne se charge de la première, et la Comurhex-Pierrelatte, où a été détectée la fuite, de la deuxième.
Dans un premier temps, l'uranium est transformé en tétrafluorure d'uranium (UF4) : le concentré minier est dissous par de l'acide, puis purifié, pour fournir, après précipitation-calcination, de la poudre d'UO3. Cette dernière est ensuite hydrofluorée (avec de l'acide fluorhydrique) et se transforme en UF4. L'UF4 a l'apparence de granulés de couleur verte. L'UF4 est dans un deuxième temps transformé par fluoration en hexafluorure d'uranium (UF6), un composé présentant la caractéristique chimique d'être sous forme gazeuse à relativement basse température. Le fluor utilisé est obtenu par électrolyse d'acide fluorhydrique.
Marché. Les besoins annuels mondiaux de conversion s'élèvent en 2007 à environ 59 500 tonnes. En 2007, Comurhex a livré plus de 20 clients électriciens et traders à travers le monde : Areva a produit un niveau de conversion d'U308 en UF6 de 13 700 tonnes. Ses principaux concurrents sont Cameco (Canada), Converdyn (États-Unis) et Rosatom (Russie).


Lire aussi :
Tricastin : chronologie de l'accident, le 17/07/2008
Tricastin, la plaque tournante de l'Uranium18/07/2008
« Il y a certainement eu d'autres fuites radioactives dont la Criirad n'a pas eu connaissance », le 21/07/2008
Nouvel incident au Tricastin, le 24/07/2008

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS