Nouvel échec pour le spatial privé chinois

Le premier lancement de satellite de l'entreprise chinoise OneSpace a échoué. Le lanceur a rencontré un problème après l'allumage du second étage. Initié en 2014 par le gouvernement chinois, le développement du spatial privé ne décolle toujours pas dans le pays.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Nouvel échec pour le spatial privé chinois
Le lancement a eu lieu le mercredi 27 mars dans le désert de Gobi. (Image d'illustration)

Les entreprises spatiales privées chinoises n’y arrivent toujours pas ! Après l’échec de son concurrent LandSpace en novembre 2018, la firme OneSpace, pourtant surnommée "le SpaceX chinois", n’est pas non plus parvenue à propulser sa charge en orbite.

Réalisé depuis le désert de Gobi, dans le nord de la Chine, le lancement s’est déroulé sans encombre. OneSpace a utilisé son lanceur OS-M, une fusée de 19 mètres de haut pour 20 tonnes, et composée de 4 étages (3 à propulsion solide, 1 à propulsion liquide). Un problème serait survenu après l’allumage du second étage. L'entreprise n'a pas communiqué à propos de cet échec.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un problème serait survenu après l'allumage du second étage de la fusée OS-M de OneSpace.

Trop pressés ?

Poursuivant les entreprises américains – SpaceX et Blue Origin pour les plus connues – qui font chuter les prix d’accès à l’espace grâce à leurs lanceurs réutilisables, au moins cinq start-ups chinoises ont prévu d’effectuer 120 à 150 lancements d’ici au début des années 2020. Or, l’existence d’un marché suffisant pour cela n’est pas garantie, et aucune d’elle n’a pour l’instant réussi le moindre lancement.

Car le privé spatial chinois est encore tout jeune : il est encouragé et subventionné depuis 2014 par le gouvernement. Fondée en août 2015, OneSpace n’a pas encore quatre ans, mais a déjà réussi le lancement d’un engin suborbital, le lanceur OS-X, en mai 2018. La confirmation attendra.

Plusieurs concurrents de OneSpace devraient bientôt s’élancer à leur tour. Avec l’arrivée des entreprises chinoises dans le secteur spatial, la compétition dans ce domaine risque de devenir féroce. Au risque d'une certaine précipitation ?

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS