Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Nouveau report de l'EPR de Flamanville

, , ,

Publié le , mis à jour le 03/09/2015 À 10H03

Le réacteur nucléaire de type EPR en cours de construction à Flamanville (Manche) n'entrera en service qu'au quatrième trimestre 2018 et son coût de construction atteint désormais 10,5 milliards d'euros, a annoncé jeudi EDF, relevant ainsi de deux milliards sa précédente estimation.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Chantier de l'EPR de Flamanville - DR 

Le groupe, en charge du chantier et de la future exploitation du réacteur, avait annoncé en novembre 2014 un nouveau report de sa mise en service, pour 2017, sans toutefois réévaluer son dernier devis de 8,5 milliards d'euros, qui datait de fin 2012.

Estimé à trois milliards d'euros lors de l'annonce du projet en 2004, l'EPR de Flamanville conçu par Areva devait initialement entrer en service en 2012.

Mais des difficultés à répétition sur le chantier et dans la fourniture de certains équipements ont contraint à plusieurs reprises EDF à reporter cette date et à revoir à la hausse le coût du projet.

Fin 2014, l'électricien avait attribué le nouveau retard aux "difficultés" rencontrées par Areva notamment pour assurer la livraison de certaines pièces telles que le couvercle et les structures internes de la cuve du réacteur.

L'autorité de sûreté nucléaire (ASN) a ensuite dévoilé en avril l'existence de défauts dans la composition de l'acier dans certaines zones du couvercle et du fond de la cuve du réacteur, dont EDF et Areva entendent cependant démontrer la conformité.

"C'est un nouveau report. On ne s'y attendait pas vraiment. C'est une très mauvaise nouvelle", a déclaré à Reuters un trader basé à Paris.

Cinq minutes après l'ouverture de la Bourse de Paris, le titre EDF (-2,9% à 18,16 euros) accusait ainsi la plus forte baisse de l'indice CAC 40, lui-même en hausse de près de 1%.

Ce nouveau report du projet intervient alors qu'EDF projette de racheter entre 51% et 75% du capital d'Areva NP, qui regroupe les activités réacteurs du groupe nucléaire - et notamment la fabrication de l'EPR -, sur la base d'une valorisation de 2,7 milliards d'euros.

Trois autres réacteurs EPR sont en construction dans le monde : un en Finlande, construit par Areva et qui connaît lui aussi d'importants retards et surcoûts ; et deux autres en Chine, dont la mise en service est pour le moment prévue pour fin 2015 et début 2016.

EDF a en outre répété jeudi qu'il souhaitait lancer au plus tôt son projet de construire deux autres réacteurs EPR à Hinkley Point, en Grande-Bretagne.

Benjamin Mallet, avec la contribution d'Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle