Nouveau problème sur l’EPR de Flamanville : la cuve fournie par Areva présente des défauts

L’acier de du couvercle et du fond de la cuve de l’EPR de Flamanville (Manche) présenterait des défauts d’homogénéité. Si l’Autorité de Sureté Nucléaire considère ce problème trop important, le chantier du réacteur nucléaire pourrait subir un nouveau retard.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Nouveau problème sur l’EPR de Flamanville : la cuve fournie par Areva présente des défauts

Quelle période difficile pour Areva ! Alors que le groupe a encaissé cinq milliards d’euros de perte en 2014 et qu’elle prépare une difficile phase de restructuration, Areva se retrouve une nouvelle fois en difficulté sur un grand chantier. La mauvaise nouvelle provient de l’EPR de Flamanville en construction sous la direction d’EDF dans la Manche. Selon l’Autorité de sureté nucléaire (ASN), un problème d’hétérogénéité est constaté sur l’acier qui compose le couvercle et le fond de la cuve du réacteur. La cuve est l’élément clé au sein de laquelle se déroule la réaction nucléaire et qui tient le rôle de première barrière de confinement.

Des examens menés fin 2014 ont identifié "la présence d’une zone présentant une concentration importante en carbone et conduisant à des valeurs de résilience mécanique plus faibles qu’attendues", explique l’ASN. "Les résultats transmis à l’ASN par Areva à l’issue des premiers essais ont montré que l’un des paramètres n’était pas respecté dans une zone présentant une concentration en carbone plus importante que la moyenne", confirment EDF et Areva. Areva se propose de mener de nouvelles expérimentations sur la qualité de l’acier à partir d’avril 2015 pour obtenir de nouveaux résultats en octobre prochain.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Cinq ans de retard

Dans un communiqué, la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, Ségolène Royal, prend acte de ces nouveaux examens et "réitère toute sa confiance à ce dispositif de contrôle et d’expertise pour garantir la conformité du futur EPR à la réglementation de sûreté".

Le chantier de l’EPR de Flamanville a débuté en 2008 et devrait entrer en service en 2017 avec cinq années de retard pour un coût total de 8,5 milliards d’euros, soit un surcoût d’environ trois milliards. Toutefois, de nouveaux délais de construction ne sont pas à exclure. Si l’ASN juge les nouveaux examens de la cuves non conformes, EDF et Areva pourraient avoir à procéder à de lourdes réparations, voire à remplacer des équipements lourds. Le gendarme de l’atome avait déjà procédé à de telles demandes pour des problèmes concernant le génie civil de l’enceinte du réacteur.

Ludovic Dupin

Retrouvez tous les fournisseurs de cuves pour la chimie et les laboratoires sur L'Expo Permanente

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUR LE MÊME SUJET
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS