Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Nouveau coup dur pour le F-35 quand Donald Trump évoque une commande de F-18 Super Hornet

Aurélie M'Bida , , ,

Publié le , mis à jour le 20/02/2017 À 13H56

Et si Trump allait faire ses courses chez Boeing plutôt que chez Lockheed Martin ? C'est en tout cas ce que le président américain a laissé entendre lors d'une visite officielle pour le lancement du nouvel avion commercial de Boeing, le Dreamline 787-10 en fin de semaine dernière. Une pique supplémentaire à l'attention du F-35 de l'avionneur du Maryland, dont le budget dispendieux fait grincer des dents outre-Atlantique.

Nouveau coup dur pour le F-35 quand Donald Trump évoque une commande de F-18 Super Hornet © D. R.

Encore une déclaration de Donald Trump qui a dû crisper Marillyn Hewson, la PDG de Lockheed Martin, dont le coût développement et la vente de l'avion de combat F-35 sont sujets à controverse. Intimidation ou coup de Trafalgar, la dernière sortie en date du président américain en visite chez le concurrent Boeing vendredi 17 février laisse planer le doute.  En effet, lors d'un déplacement officiel à l'occasion du lancement du Dreamliner 787-10, Donald Trump a indiqué que son administration pourrait envisager une grande commande de Super Hornet, l'avion de combat produit par Boeing.

"Nous allons reconstruire notre armée. Au fait, cela vous intéresserait si nous utilisons les F-18 Super Hornets ?", a déclaré le président américain, selon les propos rapportés par la presse locale, alors qu'il s'adressait aux anciens combattants et aux employés d'une usine de Boeing à Charleston (Caroline du Sud)."Nous étudions sérieusement la possibilité d'une grosse commande." Un projet qui, comme à son habitude, a été confirmé via le porte-parole officiel du président Trump… son compte Twitter. Ravivant ainsi une précédente déclaration du mois de décembre, selon laquelle l'administration Trump avait demandé à Boeing d'établir un devis pour le Super Hornet, rapporte le correspondant du Time à la Maison Blanche Zeke Miller.

 

 

La crise du Air Force One aux oubliettes

Les relations entre le successeur de Barack Obama et Boeing semblent s'être ainsi réchauffées. En fin d'année dernière, le nouveau président avait en effet témoigné de son mépris au regard de la firme américaine parlant (encore sur son compte Twitter) d'une annulation de commande pour le remplacement d'Air Force One, à cause de ce qu'il considérait comme une dépense démesurée.

 

Après avoir rencontré le PDG de Boeing Dennis Muilenburg et obtenu sa promesse que le programme ne dépasserait pas les 4 milliards de dollars, Trump a donc revu la société sous un œil plus amical. Le président a même positionné le Super Hornet comme un concurrent direct au F-35 de Lockheed Martin. En Caroline du Sud, il a même plaisanté en disant que, bien qu'il veuille acheter plus de Super Hornets, "le problème est que Dennis [Muilenburg] est un négociateur très, très difficile".

A l'issue de la visite,  Donald Trump a assuré aux journalistes qu'à moins que les prix continuent de descendre sur le F-35, il serait prêt à réduire les futurs contrats F-35 et à commander plus de Super Hornets à la place. La Navy américaine a d'ailleurs demandé une enveloppe pour l'acquisition de deux Super Hornets dans son budget de 2017 et devrait en demander encore 14 en 2018, selon la presse américaine.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle