Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

"Nous voulons réduire l’impact de nos activités", affirme Xavier Susterac de BASF

Gaëlle Fleitour , , ,

Publié le

En pleine COP21,  L'Usine Nouvelle a demandé à des patrons d'industrie leur opinion sur cette conférence climat très attendue.  Xavier Susterac, le president France et Senior Vice President Business Center West  du groupe allemand BASF, numéro un mondial de la chimie, a répondu à nos questions. 

Nous voulons réduire l’impact de nos activités, affirme Xavier Susterac de BASF

L'Usine Nouvelle : Pouvez-vous citer un projet concret qui pourrait faire de votre entreprise un modèle pour d’autres en matière de lutte contre le réchauffement climatique ?

Xavier Susterac : Je voudrais citer non pas un mais deux exemples très concrets. En effet, notre stratégie en matière de lutte contre le réchauffement climatique est axée sur deux grands axes, absolument indissociables : la réduction de l’impact de nos propres activités et le développement de solutions durables qui permettront à nos clients et aux consommateurs de réduire leurs propres émissions de gaz à effet de serre.

Une illustration parfaite du premier point est notre concept "Verbund", c'est-à-dire l’intégration de nos procédés qui permet d’optimiser au maximum les flux d’énergie, de matières premières, d’eau et l’utilisation de système de cogénération d’énergie.

Au niveau des solutions que nous proposons à nos clients, je pense aux produits pour l’isolation. Sachant que 22% des émissions totales de gaz à effet de serre sont attribuées au résidentiel + tertiaire en France (source Ademe), l’isolation thermique des bâtiments est un réel enjeu.

Nous avons également des projets très concrets dans le monde et en particulier en France pour soutenir et accélérer le développement de logements à haute efficacité énergétique. Un exemple est le programme BuildTog, projet en partenariat avec des bailleurs sociaux et le cabinet d’architecture Nicolas Michelin. Le premier bâtiment BuildTog français a été achevé fin 2014 en Seine-et-Marne, dans l’écoquartier L’Eau Vive de Lieusaint. Les premiers locataires se déclarent stupéfaits du confort, sans radiateur.

 

Sur quel point précis avez-vous encore du travail à fournir ?

Les progrès réalisés par l’industrie chimique depuis de nombreuses années sont considérables, mais notre industrie reste une très forte consommatrice en énergie et nos efforts sur le long terme sont indispensables pour continuer à réduire notre consommation d’énergie et nos émissions de gaz à effet de serre.

L’objectif de BASF est de réduire de 40% nos émissions de GES par tonne de produit fabriqué d’ici 2020 (par rapport à 2002). Nous avons déjà parcouru une bonne partie du chemin (-33,9%), mais ce sont toujours les derniers pourcentages qui sont les plus difficiles à atteindre.

 

Lutter contre les émissions de C02 : surcoût ou opportunité pour votre entreprise ?

Bien évidemment, la réduction de nos émissions de GES et de notre impact environnemental nécessitent des efforts budgétaires importants. En 2014 par exemple, BASF a investi 350 millions d’euros dans de nouveaux aménagements pour la protection de l’environnement. Mais ces investissements ne sont pas négociables et s’avèrent même rentables sur le long terme.

Par exemple, le concept Verbund nous a permis d’économiser 18 millions de MWh en 2014, soit une réduction annuelle des émissions de CO² de 3,6 millions de tonnes métriques. Cela représente aussi des économies importantes.

BASF développe des produits qui permettent à leurs clients et aux citoyens de limiter considérablement leurs émissions de gaz à effet de serre (isolation et construction, transports, etc…). Cela représente aussi des opportunités pour nous.

Par exemple, on estime que les produits BASF vendus en 2014 contribueront à économiser 520 millions de tonnes métriques d’équivalents CO2 (dont 11% attribuables directement à BASF) grâce à l’utilisation des produits dans lesquels ils entrent en œuvre (comme les éoliennes, les bâtiments isolés, les catalyseurs…).

Propos recueillis par Gaëlle Fleitour

 

 

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus