« Nous voulons créer un véritable écosystème de recherche autour des drones industriels », lance Alexandre Labesse, fondateur d’Hexadrone

Spécialiste de drones sur-mesure dédiés à l’industrie, Hexadrone vient de recevoir un financement dans le cadre du plan France Relance. Il servira à bâtir un site d’assemblage et de R&D en région Auvergne-Rhône-Alpes. Alexandre Labesse, fondateur de la société, explique à Industrie & Technologies les ambitions de son projet, qui vise à structurer une filière de drones industriels dans l’Hexagone.

 

Partager
« Nous voulons créer un véritable écosystème de recherche autour des drones industriels », lance Alexandre Labesse, fondateur d’Hexadrone

Industrie & Technologies : Hexadrone vient d’être sélectionné dans le cadre du plan France Relance et bénéficiera d’une subvention de 600 000 euros. Comment sera employé ce financement ?

Alexandre Labesse : Depuis la création de notre entreprise, en 2014, nous portons un projet ambitieux : créer une filière de production de drones 100% made in France ! L’enveloppe que nous accordent Bpifrance, l’Etat et les régions, dans le cadre de France Relance, va nous permettre de concrétiser cette ambition. Ces 600 000 euros – obtenus sur une aide maximum de 800 000 euros par projet – serviront au financement de notre nouveau site de R&D et d’assemblage de 900 m2, que nous construisons actuellement à Saint-Ferréol-d’Auroure, près de Saint-Etienne (Loire). Au total, ce site représente un investissement de 2,2 millions d’euros. Avec ce bâtiment, nous voulons créer un véritable écosystème de recherche autour des drones industriels, notamment en offrant la possibilité à des start-ups de nous rejoindre pour développer des solutions en lien avec nos drones.

Pourquoi misez-vous sur ces start-ups ?

Contrairement à nos concurrents, comme le chinois DJI qui possède 80% des parts du marché mondial, nous avons fait le choix d’une architecture de drone très ouverte. C’est notre force. Nous misons sur une approche modulaire pour couvrir le plus de marchés possibles et coller aux besoins de nos clients. Concrètement, notre drone – le Tundra – est un appareil très générique. Il peut facilement être adapté à des applications spécifiques.

L’idée est avant tout de travailler main dans la main avec un intégrateur qui équipera notre drone des caméras, des lidars ou des capteurs adaptés à l’usage que veut en faire le client. A côté de ce travail avec les intégrateurs, nous cherchons également des briques technologiques – comme des couches logicielles ou des équipements spécifiques – qui pourraient nous permettre de proposer certaines solutions. Le travail avec les start-ups va nous permettre d’identifier ces briques.

De notre côté, nous avons recruté des spécialistes en mécatronique pour continuer le développement de notre drone. Nous réfléchissons éventuellement à le modifier pour mettre au point des modèles pouvant se déplacer sur terre ou sur l’eau. Mais nous en sommes encore au début de la réflexion.

Quelles sont les caractéristiques techniques du Tundra ?

Il s’agit d’un drone à voilure tournante. Il est calibré pour porter des charges jusqu’à 25 kilos. Sa modularité se retrouve même dans sa motorisation. Il est possible par exemple d’avoir 4 ou 8 moteurs, en fonction des besoins du client, pour permettre une plus grande stabilité à l’appareil. En soit, le Tundra est un squelette sur lequel va venir se greffer des fonctionnalités.

Sur quels segments de marché se positionne votre société ?

Nous ciblons trois marchés en priorité : la sécurité, l’industrie et l’agriculture. Le premier segment représente 50 % de notre chiffre d’affaires et nous avons de nombreux contrat avec la DGA, ainsi que des collaborations avec des acteurs comme Thales ou Naval Group. L’industrie représente environ 20 % de notre activité pour le moment, mais notre nouveau site de production nous permettra de mieux répondre aux besoins de ce secteur. Il devrait connaître la croissance la plus forte dans les prochaines années. Après une période un peu foisonnante – où les drones ont été très médiatisés, les choses se rationalisent. Les drones sont en train de s’inscrire durablement dans les applications industrielles. D’autant plus que beaucoup d’industriels ont finalisé des preuves de concepts sur l’usage des drones et vont vouloir intégrer la solution en interne. Ils vont avoir besoin d’une traçabilité, de compétence en maintenance et de garder la main sur leurs données, c’est qu’Hexadrone leur propose.

Quelles sont les industries intéressées par vos équipements et pour quelles applications ?

Le domaine des télécoms est très demandeur, notamment pour l’inspection des antennes 4G ou 5G. Nous avons également des commandes venant du secteur de l’énergie, pour des opérations de maintenance. L’éolien est en forte progression. Enfin, nous avons des demandes d’industriels pour évaluer certains impacts environnementaux. Dans ce cas, notre drone est équipé de capteurs spécifiques pour évaluer la présence de certains composés chimiques à proximité des sites industriels. Les possibilités offertes aux industriels sont gigantesques.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'hebdo de la techno

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles clés de l'innovation technologique

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

28 - LE COUDRAY

Mise en conformité de 2 salles de césarienne au bâtiment Pôle Femme Enfant du Centre Hospitalier de Chartres.

DATE DE REPONSE 09/09/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS