Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

"Nous n’avons pas d’inquiétude" sur les risques des pneus usés dans les terrains synthétiques, assure Hervé Domas

Gaëlle Fleitour , , , ,

Publié le , mis à jour le 02/03/2018 À 14H39

Hervé Domas, directeur général de l’éco-organisme Aliapur, réfute tout danger lié à la présence de granulats de pneus usés au sein des terrains sportifs, sur lesquels jouent de nombreux enfants. L’autorité sanitaire Anses a été saisie pour étudier d’éventuels risques sur ce sujet, soulevé par So Foot et Envoyé Spécial.

Nous n’avons pas d’inquiétude sur les risques des pneus usés dans les terrains synthétiques, assure Hervé Domas
Hervé Domas, directeur général de l'éco-organisme Aliapur

L’Usine Nouvelle - D’où proviennent les pneus récoltés par Aliapur ?

Hervé Domas - Nous agissons dans le cadre du concept de la responsabilité étendue du producteur. Il y a quinze ans, les cinq plus grands fournisseurs de pneus (Bridgestone, Continental, Michelin, Goodyear et Pirelli) ont décidé de créer une entreprise commune, Aliapur, pour répondre à leur obligation de traiter leurs produits arrivant en fin de vie.

Le budget qu’ils nous octroient est d’environ 55 millions d’euros, mais nous ne sommes pas une entreprise commerciale, juste un centre de coûts. Nous livrons ainsi entre autres nos pneumatiques usagés, gratuitement, à deux fabricants français de granulat, Deltagom et HET, auxquelles nous donnons aussi une subvention à la tonne. L’image que l’on a voulu nous attribuer - celle du vilain capitaliste prêt à empoisonner en toute conscience des enfants pour sauver son compte de résultat - est donc mensongère !

Que faites-vous de ces pneus ?

Nous collectons, uniquement chez les professionnels de l’automobile, 350 000 tonnes de pneus, soit 85% des volumes concernés en France. Notre valeur ajoutée tient dans les solutions de recyclage. Nous utilisons à 60% la valorisation énergétique, car le pneu réduit en morceaux a un pouvoir calorifique identique à celui du charbon : il est de plus en plus prisé par les industries très énergivores, comme celle du ciment. Nous proposons aussi des applications sous forme de matériaux, réutilisés dans d’autres pays comme l’Inde pour fabriquer de nouveaux pneus.

Enfin, 30 000 tonnes, soit moins de 10% de nos pneus, sont utilisées pour le remplissage de gazons synthétiques. Il s’agit donc d’une voie à laquelle nous pourrions facilement renoncer si nous avions le moindre doute sur son éventuel danger !

Comprenez-vous les inquiétudes liées à la présence de particules de pneus sur les terrains de jeu pour enfants?

Je peux tout à fait comprendre l’inquiétude de collectivités locales, de clubs sportifs et de parents d’enfants lorsqu’ils regardent un reportage de France 2 très anxiogène qui associe dans une même phrase football, enfant et cancer… Or nous sommes un organisme sérieux, disposant d’un budget de R&D de 1 à 1,5 million d’euros par an, pour réaliser notamment avec des laboratoires indépendants toutes les études et analyses sur la sécurité de nos produits ou travailler en open innovation sur l’utilisation du caoutchouc en fin de vie.

Quelles garanties apportent ces études ?

Personne ne conteste le fait que se trouvent dans le caoutchouc des pneumatiques un certain nombre de substances, qui sont potentiellement dangereuses, même si les recettes sont gardées secrètes par les fabricants de pneus en raison du secret industriel. Or nos études ont démontré qu’il n’y a pas de biodisponibilité de ces substances, c’est-à-dire que le caoutchouc, même réduit en petites billes, ne les diffuse pas. C’est ce que nous essayons d’expliquer aux parents.

Quelles matières sont présentes dans les particules de pneus ?

On trouve notamment des Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), qui sont présents en quantité très faibles dans le noir de carbone. Le HAP est partout dans votre environnement quotidien: dans la coque de votre smartphone, sur votre clavier d’ordinateur… car il est très utile pour l’élaboration de produits noirs en plastique. Il faut effectivement être vigilant par rapport à la concentration des HAP.

Or lorsqu’on analyse leur concentration dans les granulés de pneumatiques, elle est en général inférieure à 15 milligrammes par kilo pour la somme des huit principaux. Il y a pas de dose limite en Europe spécifiquement pour cette catégorie de produits, il y en aura certainement une dans un avenir proche via la réglementation Reach. Mais ce n’est en rien comparable au jouet, il ne s’agit pas du tout du même type de contact !

N’y a –t-il aucun risque, même lorsque le pneu se dégrade progressivement?

Non, nous avons mesuré cela dans le temps, car sa dégradation est extrêmement limitée : un pneu ne se réduit pas en poussières si facilement que cela ! La durée de vie d’un terrain synthétique est d’environ dix ans, il y a des remplissages intermédiaires chaque année.

Planchez-vous néanmoins en R&D sur des façons de faire différentes ?

Non, car nous n’avons pas d’inquiétude. Dans certains pays, des industriels ont choisi d’encapsuler ces granulats de pneumatiques dans une peinture, mais leur objectif était esthétique – disposer de granulats verts se voyant moins sur la pelouse - et non sanitaire. Or il faudrait aussi regarder de près l’impact des substances contenues dans ces peintures, ou encore celle des phytosanitaires épandus sur les terrains naturels…  

Propos recueillis par Gaëlle Fleitour

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

02/03/2018 - 17h20 -

Ok, le lien de l’étude SVP ?
Répondre au commentaire

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus