Transports

"Nous devrons procéder à des ajustements" d'effectifs, annonce le PDG du groupe ADP

, , , ,

Publié le , mis à jour le 22/06/2020 À 07H17

Le PDG d'ADP, Augustin de Romanet, a annoncé le 20 juin "des ajustements" sur l'emploi. Selon lui, la crise du Covid-19 génère "un choc historique" sur ses activités aéroportuaires.

Nous devrons procéder à des ajustements d'effectifs, annonce le PDG du groupe ADP
L'absence de la clientèle chinoise pèse sur le groupe ADP.
© Groupe ADP

ADP, le groupe gestionnaire des aéroports parisiens, risque de perdre environ 2,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2020 à cause de l'impact du Covid-19, a déclaré son PDG Augustin de Romanet samedi 20 juin. Interrogé par le Journal du dimanche sur une éventuelle réduction d'effectifs, le dirigeant a décrit "des ajustements" à venir.

La moitié du chiffre d'affaires perdu

"En 2020, le trafic sera 60 % inférieur à celui de 2019. À la fin de l'année, nous pourrions être à 65-70 % d'une activité normale. C'est un choc historique. Nous allons perdre plus de 50 % de notre chiffre d'affaires, qui pourrait être amputé d'environ 2,5 milliards d'euros", a expliqué Augustin de Romanet lors de l'entretien.

L'absence de la clientèle chinoise pèse sur le groupe français alors que les passagers de ce pays représentaient 2 % du trafic d'ADP en 2019 pour 15 % du chiffre d'affaires de ses commerces. "Ce qui est considérable", a commenté le PDG.

Une reprise plus lente pour l'aéroport Charles-de-Gaulle que pour Orly

ADP, qui s'est résolu à fermer l'aéroport d'Orly (Val-de-Marne) fin mars, prévoit que 25 liaisons y seront de nouveau assurées dès le 26 juin, date de sa réouverture. Les territoires d'Outre-mer et une douzaine de pays de l'espace Schengen seront notamment desservis. "Au début du mois de juillet, nous devrions avoir 130 vols par jour au lieu de 650 habituellement", a précisé Augustin de Romanet.

"Les experts estiment que le trafic aérien pourrait retrouver son niveau de 2019, entre 2023 et 2025. Mais cela devrait aller un peu plus vite pour le trafic domestique et pour le trafic Schengen. On peut donc espérer qu'Orly retrouvera son activité normale en 2022-2023. Pour Charles-de-Gaulle, ce sera un peu plus long", a-t-il ajouté.

ADP veut adapter son "projet industriel"

ADP a mis en place un vaste plan d'économies dès la mi-mars et mis 85 % de ses salariés en activité partielle. Questionné sur l'éventualité de réductions d'effectifs, le PDG a en outre déclaré : "Nous devrons procéder à des ajustements de même nature que ceux des compagnies aériennes. Nous travaillons à une adaptation de notre projet industriel."

Le projet de nouveau terminal à l'aéroport Charles-de-Gaulle (Val-d'Oise) n'est pas remis en question. En revanche, selon le dirigeant, "il pourra être un peu décalé et étalé dans le temps" si "la croissance du trafic est plus modérée".

Avec Reuters (Benjamin Mallet)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte