Nortel abandonne l'optique et prépare une nouvelle restructuration

Après le coup de grisou provoqué par la révision de ses prévisions de résultats au troisième trimestre 2008, l'équipementier canadien confirme son désengagement à venir des transmissions optiques. D'autres mesures de réduction des coûts sont attendues.

Partager

Nortel abandonne l'optique et prépare une nouvelle restructuration
Un petit air de déjà-vu flotte actuellement sur Nortel, déjà passé il y a quelques années par moult restructurations et cessions d'actifs pour relancer sa croissance (dont la vente de ses activités UMTS à Alcatel en 2006). L'équipementier télécoms canadien, qui tablait encore en août sur une légère croissance de ses revenus en 2008, a revu hier ses prévisions de croissance pour son exercice 2008, faisant valoir un « ralentissement économique durable » amenant les grandes entreprises et les opérateurs à « couper » ou à « différer » leurs investissements. L'annonce d'un chiffre d'affaires en recul de 2 à 4% a immédiatement entraîné un séisme en bourse, se traduisant par une baisse de 51,75% du titre Nortel en une journée.

Désengagement des transmissions optiques

Première conséquence : « Une analyse détaillée de notre activité est en cours et nous sommes déterminés à réorganiser le groupe pour optimiser sa compétitivité », tente de rassurer Mike Zafirovski, PDG de Nortel, dans un communiqué. « De plus amples restructurations et mesures de réduction des coûts » sont attendues, ainsi que la cession des activités optiques du groupe (« Metro Ethernet Networks »).

Pourquoi ? « Cela peut surprendre puisque nous sommes très bien positionnés dans les technologies de transmission optique », a reconnu Michel Clément, le président Europe du Sud et Afrique de Nortel, lors d'une conférence de presse organisée ce matin à Paris. « Le marché est en consolidation. Nous voulons jouer un rôle positif dans cette consolidation tout en trouvant une capacité financière suffisante pour financer notre croissance sur le marché entreprises », explique-t-il. Il rappelle que le chiffre d'affaires de Nortel dans le domaine des transmissions optiques est d'environ « 1,5 milliard de dollars », soit « 12% du chiffre d'affaires », tandis que les systèmes pour entreprises pèsent « un peu plus d'un quart du chiffre d'affaires », une proportion que le groupe souhaite accroître.

Réduction des coûts

Michel Clément est plus évasif quant aux mesures de réduction des coûts à attendre. « Mike Zafirovski apportera des informations complémentaires d'ici fin octobre ou début novembre à l'occasion de la publication des résultats du troisième trimestre », signale-t-il. Avant de rappeler certaines mesures qui s'inscrivent « dans la continuité depuis son arrivée », à savoir la recherche de « systèmes plus automatisés », la « restructuration des ressources en recherche et en développement » - marquée par l'évolution vers « un noyau central de recherche fondamentale » - et « le renforcement des centres de coûts dans les pays à bas coûts » (principalement le Mexique et la Turquie).

Quid de la France ?

Il est encore trop tôt pour présager de l'avenir des activités européennes de Nortel, notamment en France où le groupe emploie environ 800 salariés. L'équipementier est implanté à Châteaufort dans les Yvelines - principalement dans les réseaux GSM (2G) et mobiles ferroviaires GSMR (GSM-Railway) - et à Valbonne dans les Alpes-Maritimes où ses activités sont centrées sur les réseaux locaux (LAN).

Une chose est sûre, le Vieux continent n'est pas épargné par le ralentissement même s'il y est « plus modéré », confie Michel Clément, précisant que ce ralentissement trouve ses origines dans « la courbe descendante de l'investissement des opérateurs dans la deuxième génération du GSM » (au profit des réseaux 3G - HSDPA - non couverts par Nortel).

Dans ce contexte, il est donc à souhaiter que les ambitions de Nortel sur le marché hexagonal de la voix entreprises portent leurs fruits. Mais presque tout reste à construire puisque Nortel s'est désengagé en 2001 de Matra Nortel Communications Distribution, un intégrateur de systèmes de communication voix et données adressant les entreprises. « Nous sommes un acteur mondial dans la voix entreprises mais cela n'apparaît pas en France », poursuit Michel Clément. « La reconstruction doit s'appuyer sur des points suffisamment différenciateurs pour remettre tout le monde à jeu égal au départ », conclut-il.

Christophe Dutheil

A lire également :
Nortel met l'entreprise à portée de clé USB

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS