NORD-PAS-DE-CALAISDELPHI HARRISON CALSONIC DEMARRE A DOUAIL'américain Delphi choisit le nord de la France pour implanter l'une des premières usines de compresseurs pour climatisation d'automobile en Europe. A peine cet investissement de 270 millions de francs achevé, il lance déjà la construction...

Partager

NORD-PAS-DE-CALAIS

DELPHI HARRISON CALSONIC DEMARRE A DOUAI

L'américain Delphi choisit le nord de la France pour implanter l'une des premières usines de compresseurs pour climatisation d'automobile en Europe. A peine cet investissement de 270 millions de francs achevé, il lance déjà la construction d'une deuxième unité, toujours à Douai.



Course de vitesse dans la climatisation. Quatre semaines après le japonais Sanden, qui inaugurait le 30 septembre dernier son usine de compresseurs pour la climatisation d'automobile à Tinténiac, en Ille-et-Vilaine, c'était au tour de l'équipementier américain Delphi de couper le ruban de sa nouvelle usine, la semaine dernière, à Douai (Nord). Capacité de production annuelle : 800 000 pièces pour l'usine bretonne, 1 million pour la nordiste. A grand renfort de discours, les deux équipementiers se targuent chacun d'être le premier à fabriquer des compresseurs sur le sol européen. L'inauguration du site nordiste intervient bien après celle de l'usine bretonne, mais l'américain a lancé sa production le premier... Premier ou second! Là n'est pas l'important. Mais l'empressement des deux groupes à s'implanter sur le Vieux Continent en dit long... A l'heure où la climatisation d'automobile se banalise, il s'agit d'être le mieux placé pour profiter du boom attendu sur cet équipement. Ainsi, le retard pris par Valeo Seiko Compressors, qui a annoncé il y a deux ans la construction d'une usine à Etupes (Doubs), alors que rien n'est encore sorti de terre, sera difficile à rattraper. Issue d'un joint-venture entre Delphi et Calsonic - le japonais détenant 8 % du capital -, l'usine de Douai est largement automatisée et intégrée. Une centaine de personnes, recrutées en totalité sur place pour les opérateurs, suffisent aujourd'hui pour fabriquer quelque 600 compresseurs par jour. Mais, à terme, pour une production quotidienne de 4 000 unités, les effectifs devraient atteindre 250 salariés. Organisée en deux grandes parties, l'usine comprend un atelier d'usinage où sont travaillées six des cinquante pièces qui composent un compresseur. Il s'agit des plus délicates (carters, cylindres...), dont la précision d'usinage se fait au micron près, les autres pièces étant fournies par divers sous-traitants européens. Vient ensuite l'assemblage final, réalisé en salle blanche selon un process largement automatisé. Compresseur à cylindrée variable, le produit fabriqué par Delphi Calsonic vise plutôt les véhicules des moyennes et grosses cylindrées. Premiers clients livrés à ce jour : Opel, PSA, Renault, Fiat... Toutefois, afin de coller encore mieux aux spécificités du marché européen - riche en petits modèles -, les deux partenaires ont mis au point un autre compresseur. Baptisé " compresseur variable compact ", ce nouveau produit, plus facilement logeable dans l'habitacle de petits véhicules, sera lui aussi fabriqué à Douai. Cette information est primordiale, car, la peinture de leur première usine à peine sèche, Delphi et Calsonic ont décidé d'en construire une seconde, dédiée à ce nouveau produit (un autre joint-venture - 60 % Delphi et 40 % Calsonic - a été spécialement créée pour l'occasion). Egalement d'une capacité de 1 million de compresseurs par an, ce deuxième site, qui emploiera à terme près de 250 personnes, devrait être opérationnel dès l'été prochain. Montant de l'opération : 350 millions de francs, contre 270 millions pour la première unité. Ici, Delphi prend Sanden de court : si le japonais parle lui aussi d'augmenter la capacité de son établissement breton, calendrier et programmes de production restent encore inconnus..., du moins officiellement. Douai, la Pologne, la République tchèque ou l'Espagne : pour cette seconde usine comme pour la première, le Nord a été mis en concurrence avec d'autres sites européens. Il aura fallu toute la ténacité de Jean Cazade, P-DG de Delphi France, et le soutien des collectivités locales pour voir Douai " emporter le morceau ". Les 37 millions de francs de subventions apportés par la Datar, le Feder, le Conseil régional, le Conseil général, le Syndicat mixte de la région de Douai et Renault Développement ayant sans doute pesé dans la balance. D'autant qu'il faut y ajouter les 6 hectares de terrain cédés à l'entreprise par le Syndicat mixte. La situation géographique de Douai, au coeur d'un bassin automobile mal connu mais dense, avec les usines Renault, Sevelnord, Ecia, Plastic Omnium..., à quelques encablures de la région parisienne, de la Belgique ou de l'Allemagne ayant aussi largement plaidé pour une implantation nordiste.



13,5 milliards de dollars de ventes mondiales

Division spécialisée dans les systèmes thermiques de Delphi (filiale du géant américain General Motors), Delphi Harrison oeuvre aussi bien dans le chauffage ou la ventilation que dans le refroidissement moteur ou la climatisation. Avec quelque 13,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires sur le plan mondial, dont plus de 2 milliards en Europe, Delphi Harrison dispose, sur le Vieux Continent, d'un centre technique au Luxembourg et, en France, d'une usine à Donchery, dans les Ardennes (Delphi Systèmes thermiques Harrison, 630 personnes).



L'homme du lancement

Dave Flatt
, directeur de l'usine

Arrivé il y a quatorze mois dans le Nord, l'Américain Dave Flatt a encore quelques difficultés avec le français. Qu'à cela ne tienne ! Entré chez Delphi il y a une vingtaine d'années, cet " homme du lancement " semble heureux sous le ciel nordiste. Il faut dire que sa dernière expérience - asiatique - est encore toute fraîche : il vient de passer quatre ans en Corée et au Japon pour le démarrage d'une autre usine de compresseurs.

Agé de 39 ans, Dave Flatt, qui est épaulé par deux autres Américains et trois Français pour la direction de ce site, devrait rester à Douai jusqu'à la mise en service de la seconde unité. Et ensuite ? Il n'en sait rien.

USINE NOUVELLE N°2569

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS