Nord : Europâte double ses capacités de production

Le numéro 1 européen des pâtes réfrigérées, Europâte, investit 87millions de francs dans le doublement de sa capacité de production de pâte déroulée et de pâtisserie en boîte.

Partager

Inconnu du grand public, Europâte fabrique depuis vingt ans les croissants en boîte Danerolles. Née en 1974, l'entreprise est issue d'un accord entre l'américain Campbell-Taggart, qui apportait la technologie et assurait l'investissement industriel, et Danone, qui se chargeait des dépenses de marketing. Après deux années, face à l'engouement du marché, l'américain installait une usine de 12000mètres carrés à Liévin, dont le tiers réservé à Sonoco, fabricant des boîtes en composites spiralées.Mais les Danerolles déçoivent aussi vite qu'elles ont plu... Pour survivre, Europâte se lance en 1978 dans les pâtes à tarte en bloc et développe au plan national, à partir de 1989, la pâte à tarte déroulée sous marques de distributeurs. Parallèlement, l'accord avec le groupe Danone (à l'époque BSN) s'assouplit: il permet dorénavant à Europâte de vendre ses pâtisseries en boîte à d'autres groupes. Le succès suit: en cinq ans (depuis janvier 1990), les effectifs passent de 138 à 387personnes. Et dès 1993 l'entreprise investit 87millions de francs à Liévin. Fin 1993, elle affecte entièrement une de ses lignes à la pâte à tarte déroulée et porte la surface de l'usine à 18000mètres carrés. Un bâtiment de stockage est construit, ainsi qu'un nouvel atelier. En 1993, celui-ci accueille une ligne de pâte à pâtisserie en boîte, couplée récemment d'une ligne de pâte à tarte déroulée (2800tonnes de capacité). Cette nouvelle ligne, équipée de laminoirs à très gros diamètre, travaille la pâte plus rapidement sans l'abîmer. Et deux fois plus longs (800millimètres), ses laminoirs permettent d'enrouler automatiquement de front deux ronds de pâte. Quant à la première ligne installée fin 1993, elle sera bientôt complétée d'une machine à emboîtage de petits pains, fabriquée par Campbell. Sa cadence passera ainsi de 200boîtes à la minute à 400unités, pour une capacité totale de 12000tonnes. L'usine compte désormais deux lignes de pâte à tarte déroulée, deux lignes de pâte à pâtisserie en boîte et une ligne mixte pour les boîtes, les blocs et les surgelés, pour une capacité totale de production de 35000tonnes... Objectif: Europâte veut accompagner le développement des boîtes à l'exportation (en particulier dans les petits pains en Allemagne) et l'expansion du marché français de la pâte à tarte déroulée, qui plafonne à 7,5boîtes pour 100habitants (contre 38boîtes outre-Rhin). Pour cela, elle a aussi lancé sa propre marque, CroustiPâte. Positionnée sur un produit de qualité avec des pâtisseries pur beurre et disposant d'une gamme complète et variée, CroustiPâte représente aujourd'hui 750tonnes sur les 20000produites chaque année. En attendant le boum, la rentabilité de l'entreprise, limitée en 1994 à 6,5% du fait des investissements industriels et commerciaux, progressera cette année de 26%, tandis que le chiffre d'affaires augmentera de 15%...



Europâte en chiffres

Production: 20 000tonnes, dont 65% de pâte à pâtisserie en boîte, 10,8% de pâte à tarte en bloc et 20,2% de pâte à tarte déroulée.

Chiffre d'affaires: 280millions de francs en 1994 (dont 64% pour les boîtes et 32% pour les pâtes à tarte). Effectifs: 387salariés (49CDD), dont 281ouvriers, 24techniciens, 20agents de maîtrise, 33employés et 26cadres.

Investissement: 87millions de francs, qui ont permis de porter la capacité de production de 18000 à 35000tonnes. Les tonnes supplémentaires concernent les produits en boîte (12000tonnes) et les pâtes déroulées (5000tonnes sur deux lignes).

Aides à l'investissement: 9,2millions de francs par le biais de primes à la création d'emplois (l'engagement portait sur 90personnes. Sur quatre ans, 160personnes ont été embauchées).

Superficie totale couverte: 18000mètres carrés (dont 4000 pour la fabrication des boîtes par Sonoco).



Un fils de mineur dans l'agro-alimentaire

Maîtrise de biochimie et diplômé de l'Ecole de laiterie de Nancy, ce fils de mineur, est revenu dans le bassin minier pour s'installer sur l'ancienne fosse 5 de Calonne, à Liévin. Là, Henri Patacz lamine les croissants et les pâtes à tarte... N'hésitant pas à faire araser un terril pour étendre l'usine.Aujourd'hui âgé de 46ans, Henri Patacz est un des trois cadres embauchés par Campbell-Taggart il y a vingt ans, juste avant le démarrage d'Europâte. Formé trois mois aux Etats-Unis, il prend en charge le contrôle qualité. Il est ensuite responsable de la production, directeur technique, puis directeur général de l'usine. Depuis six ans P-DG, Henri Patacz suit encore de très près les questions industrielles. Mais, avec le développement rapide d'Europâte, il se pose la question de renforcer ses équipes.



Filiale du premier braseur mondial

Grâce au rachat en 1982 de Campbell-Taggart, numéro 2 américain de la boulangerie, Anheuser-Busch dispose de deux têtes de pont industrielles en Europe: Europâte,en France, et Bimbo,le premier boulanger industriel en Espagne (1,3milliard de francs de chiffre d'affaires, sept usines). Premier brasseur mondial, Anheuser-Busch contrôle 44% de la bière aux Etats-Unis et est le deuxième opérateur américain de parc d'attractions. Courant 1995, le groupe américain va créer une filiale française pour étoffer les ventes dans l'Hexagone de sa bière, Budweiser, fabriquée sous licence en Grande-Bretagne.

USINE NOUVELLE N°2486

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS