Non, la Chine ne fabrique pas un sous-marin supersonique

Une équipe de scientifiques chinois aurait mis au point une nouvelle méthode de supercavitation, un système de propulsion sous-marine à grande vitesse. Mais cette innovation n'enlève rien aux problèmes innés liés à cette technologie. Même dans le meilleur des cas, elle ne permettra jamais à un sous-marin de transporter des êtres humains à des vitesses dépassant celle du son.

Partager
Non, la Chine ne fabrique pas un sous-marin supersonique

Des chercheurs chinois du laboratoire de mécanique des fluides et de transfert thermique de l'Institut de technologie de Harbin affirment avoir mis au point une nouvelle méthode de supercavitation. La supercavitation est une technologie de propulsion sous-marine qui implique de créer une bulle d'air (en général grâce à l'émission d'un gaz suffisamment chaud pour vaporiser l'eau) qui enveloppe l'objet à propulser. Le frottement ne se fait alors plus avec l'eau mais avec le gaz, ce qui lui permet d'aller beaucoup plus vite. Jusqu'à présent, les Russes ont été les principaux instigateurs de cette technologie, notamment avec leur torpille VA-111 Shkval, mise en service en 1977. Celle-ci est capable d'atteindre une vitesse de 370 km/h dans l'eau, contre 190 km/h au maximum pour une torpille moderne à propulsion traditionnelle.

Cependant les inconvénients de ce système sont nombreux. La torpille doit être lancée à une vitesse relativement élevée (93 km/h pour la Shkval) pour former sa bulle et elle utilise une propulsion par fusée, ce qui nécessite beaucoup de carburant et limite grandement sa portée (15 km au maximum pour la Shkval). Une fois lancée, il n'est de plus pas réellement possible de modifier sa trajectoire, car elle n'est plus en contact avec l'eau (et un gouvernail serait donc inutile).

La nouvelle technique développée par les chercheurs chinois résoudrait quelques uns de ces problèmes en utilisant une membrane liquide dont la torpille se couvrirait en permanence. Cela lui permettrait d'opérer son accélération initiale par elle-même, sans avoir besoin d'être lancée à grande vitesse, car la résistance avec l'eau serait suffisamment réduite par la membrane même à basse vitesse. Une fois atteinte la vitesse de 75 km/h, la torpille passerait dans un état de supercavitation. La membrane liquide pourrait alors l'aider à se diriger en modifiant la friction de l'eau sur les différents côtés de l'engin.

A en croîre le South Morning China Post, qui a rapporté cette découverte, elle pourrait permettre à un sous-marin de se déplacer à la vitesse du son sous l'eau (5 336,435 km/h), ce qui lui permettrait de rejoindre San Francisco depuis Shanghai en seulement 100 minutes. Une affirmation irréaliste, qui ne prend pas en compte les forces auxquelles seraient exposées les hypothétiques passagers d'un tel engin, l'impossibilité d'y installer un système de décélération efficace (une rentrée soudaine dans l'eau à de telles vitesses détruirait le vaisseau), les dégâts qu'un tel mode de propulsion risquerait de causer sur son chemin (chocs éventuels avec des animaux marins, onde de choc provoquée par le déplacement d'eau), et surtout l'énorme moteur-fusée qui serait nécessaire pour n'atteindre ne serait-ce que le quart de cette vitesse. Un moteur qui demanderait une énorme quantité de carburant (qu'il faudrait bien stocker quelque part, augmentant la masse totale à déplacer) pour ne parcourir que quelques kilomètres...

En bref, si cette méthode basée sur une membrane liquide fonctionne, elle pourra peut-être trouver une utilisation dans de futures torpilles à supercavitation, pour améliorer leurs performances. Mais on n'est pas prêt de voir des sous-marins supersoniques relier la Chine aux Etats-Unis plus vite qu'un avion.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingénieur-e Assurance Qualité Matériaux et Procédés Spéciaux

Safran - 19/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

40 - Landes

Analyses eau et poisson.

DATE DE REPONSE 22/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS