Non, l’étude trajectoires électriques 2020-2060 de l’Ademe n'est pas une réponse à des adversaires

Dans un communiqué expliquant ses réserves vis-à-vis d’une étude de l’Ademe, jugée non scientifique, l’Académie des technologies use d’arguments imprécis, voire faux.

Partager
Non, l’étude trajectoires électriques 2020-2060 de l’Ademe n'est pas une réponse à des adversaires
L'étude Trajectoires d’évolution du mix électrique 2020-2060 de l'Ademe ne plait définitivement pas à tout le monde.

Non, l’Ademe ne présente pas son étude "Trajectoires d’évolution du mix électrique 2020-2060" comme une "réponse à ses adversaires", comme l’affirme dans un communiqué le 4 février l’Académie des technologies, une communauté savante indépendante s'intéressant aux meilleurs usages des technologies et établissement public placé sous la tutelle du ministre de la recherche.

Lors de la présentation à la presse de l’étude le 11 décembre, Arnaud Leroy, PDG de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, a simplement indiqué avoir "été attentif(s) aux arguments de nos adversaires", dans la méthode d’élaboration de l’étude. Une précédente enquête sur un mix 100% EnR de 2015 avait en effet été très critiquée.

Les précautions méthodologiques prises par l’Ademe n’ont semble-t-il pas suffit. Sa réunion de décryptage avec questions-réponses sur l'étude organisée le vendredi 1er février (soit trois jours avant la publication du communiqué) pour les professionnels du secteur, non plus. L’Académie des technologies lui reproche encore un manque de neutralité. Elle considère surtout toujours que l’étude "n’est pas scientifique car on ne peut pas refaire les calculs n’ayant pas accès aux modèles mathématiques d’Artelys (ndr: avec qui l’Ademe a réalisé l’étude), ni aux données précises", explique Yves Bamberger, président du comité des travaux de l'Académie des technologies, et ancien directeur de la recherche et du développement d'EDF, qui raconte avoir pris son double décimètre pour les retrouver sur les graphiques.

Différents scénarios

Pire, parce qu’il reste de l’électricité produite au gaz dans les scénarios de l’Ademe, l’Académie des technologies en déduit que "ses conclusions font courir des risques importants pour l’avenir énergétique de la France" parce qu’elle "ne vise pas en premier lieu à baisser les émissions de CO2", écrit l'Académie dans son communiqué.

Faux, explique David Marchal, directeur adjoint productions et énergies durables à l’Ademe. "S’il reste presque toujours un peu de gaz c’est que l’on a interdit à notre optimiseur de développer de nouvelles centrales fossiles mais que les 5 à 6 GW de centrales gaz existantes pouvaient être conservées et utilisées en pointe, avec une très forte diminution d’utilisation. Ainsi elles peuvent rendre un service de flexibilité important". David Marchal rappelle aussi que les scénarios de l’étude "permettent de diminuer les émissions dans le reste du mix avec de l’hydrogène et du power-to-x et d’éviter jusqu’à 11 Mt d’émissions de CO2 dans le reste du système énergétique".

PÉRIMÈTRE ET HYPOTHÈSES CRITIQUÉS

Purement économique (ce que l’on peut peut-être regretter), l’étude indique un coût du MWh allant de 94 euros à 104 euros, suivant les options retenues. Un écart jugé insuffisant "pour en tirer la moindre conclusion", selon Yves Bamberger. Des conclusions que l’Académie des technologies a d’ailleurs lues peut-être un peu vite.

Non, l’étude ne conclut pas par "en substance d’arrêter les centrales existantes avant leur fin". Elle trace différents scénarios, dont l’un des plus économiques serait certes de pas construire d’autre EPR que Flamanville mais de prolonger "une partie du parc nucléaire historique dans l’objectif de 50 % de nucléaire entre 2030 et 2035, avec une fermeture de 30 % des réacteurs à l’âge de 40 ans, puis à nouveau de 30 % des réacteurs restants à 50 ans sur la période 2030-2044".

La liste des reproches de l’Académie des technologies vis-à-vis de cette étude de l’Ademe est encore longue, les experts critiquant tant le périmètre et les hypothèses. C’est leur droit. Mais commencer par une information fausse nuit à la crédibilité de leur analyse critique, détaillée dans un document de six pages, qui n’était déjà plus accessible au moment de la rédaction de ces lignes.

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Data Steward F/H

ORANO - 22/01/2023 - CDI - Châtillon

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

72 - Le Mans

Maîtrise d'oeuvre pour la rénovation des bâtiments A et F au 185 rue Henri Champion

DATE DE REPONSE 28/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS