Noms de domaine : "La France a peur de se lancer dans un pari sur l’avenir"

L’Icann a présenté le 13 juin une liste de demandes de nouveaux noms de domaine. Plusieurs industriels français y firgurent. Pour l’occasion, L’Usine Nouvelle revient sur cette annonce avec Stephan van Gelder, président de la GNSO Generic Names Supporting Organization

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Noms de domaine :

L'Usine Nouvelle - Comment expliquez-vous que "seulement" 54 dossiers aient été déposés pour la France ?
Stephan van Gelder -
En France il est de plus en plus difficile de se lancer dans quelque chose d’inconnu et d’incertain. Cela fait quatre ans que l’on parle de ce sujet dans le pays, on ne peut pas dire que les gens ne sont pas au courant. Mais il y a clairement en France un problème pour se lancer dans un pari sur l’avenir fondé sur l’entrepreneuriat et l’innovation. Aux Etats-Unis un tel pari est possible, par exemple en pouvant lever 100 millions de dollars pour déposer des dossiers d’extension de noms de domaine.

Pourquoi un tel blocage en France ?
Cela vient d’un climat politique je pense. Les entrepreneurs se sentent mal aimés. Il est mal vu en France d’avoir de l’argent et de vouloir en faire. Et quand on a assez de moyens on vit dans la peur de devoir payer toujours plus d’impôts. Le débat sur la rémunération des patrons des entreprises publiques fait partie de ce climat. Dans le pays, qu’on soit de gauche ou de droite, on a le sentiment que gagner de l’argent est mal. Ces messages nous font du mal et nous empêche d’avancer. Or, pour financer des projets comme celui-là, il faut des investisseurs derrière, qui n’aient pas peur de s’engager sur le long terme.

Mais le groupe L’Oréal a fait 14 demandes d’extensions...
Oui et je dis heureusement qu’un tel fleuron de l’industrie française se lance dans ce genre de projet. Il peut se le permettre car c’est un groupe innovant tant dans ses marques que dans ses stratégies. Je suis soulagé de voir qu’une industrie au moins ait une stratégie sur le long terme.

Quelle est la motivation derrière ces demandes d’industriels ?
La première est de se mettre en avant et de montrer que ce sont des entreprises innovantes en avance sur le temps. Mais il y a aussi un besoin pratique de reprendre le contrôle de son identité sur Internet. Par exemple, le groupe audi a des adresses .com ou .de, qu’il ne gère pas. Avec une extension .audi, il pourra gérer lui-même sa propre sécurité.

Plus globalement la proportion d’industriels vous parait –elle importante dans la présentation faite par l’Icann le 13 juin ?
Oui, il y a du positif dans cette présentation. Il y a eu à ma grande surprise un véritable engouement pour prendre place suir Internet à travers ce programme. Quand on voit que Google ou Amazon ont tous les deux déposé 100 dossiers environ chacun, on ne peut que se satisfaire. Du côté des industriels, il y a eu de l’envie du côté des constructeurs automobiles notamment. Fiat, Ferrari, Lancia, Volkswagen pour n’en citer que quelques-uns.
Mais globalement ce sont toujours des demandes en provenance des Etats-Unis, de l’Irlande, du Luxembourg. Peu des pays africains ou de l’Europe.

N’est-ce pas une question de coûts ? L’inscription à ce programme avait un prix important
Evidemment, c’est une des raisons. Mais en même temps nous avions justement mis en place un programme destiné à aider les groupes les plus défavorisés en ne faisant payer "que" 45 000 dollars l’inscription contre 185 000 dollars. Or, seuls trois dossiers sur 1930 ont demandé à bénéficier de ce soutien. Nous nous attendions vraiment à ce qu’un plus grand nombre de dossiers proviennent effectivement d’Afrique ou du Moyen Orient.

Peut-on s’attendre à une disparition des extensions génériques en .com ou .fr ?
Je ne pense pas que les extensions géographiques disparaitront. Mais c’est certain que c’est la fin du monopole du .com qui actuellement représente 100 millions de noms de domaines sur les 215 millions existants. Cette manière d’affiner les choses va permettre aux internautes de trouver le contenu recherché plus rapidement et d’une manière plus complète

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS