Nokia Siemens s'offre l'essentiel des activités de Motorola dans les infrastructures mobiles

Candidat malheureux à la reprise des activités entreprises du canadien Nortel fin 2009, Nokia Siemens vient de trouver une autre solution : il va racheter une bonne partie des activités de Motorola dans les infrastructures mobiles. La transaction, d'un montant évalué à 930 millions d'euros, devrait notamment l'aider à se renforcer face à Ericsson et Huawei.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Nokia Siemens s'offre l'essentiel des activités de Motorola dans les infrastructures mobiles
Plate-forme LTE WBC 700 MME

1,2 milliard de dollars, soit 930 millions de euros. C'est le montant déboursé par la co-entreprise européenne Nokia-Siemens Networks (12,6 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2009, un chiffre en repli de 18% par rapport à l'année précédente) pour mettre la main sur une grande partie des activités de Motorola dans les infrastructures mobiles. Des activités de Motorola qui ont généré 3,7 milliards de dollars de chiffre d'affaires l'an dernier (sur un CA global de 22 milliards de dollars).

Le rachat, qui devrait être finalisé d'ici la fin de l'année et entraîner le transfert vers NSN de 7.500 salariés de Motorola, « n'est pas sans risques », prévient Sylvain Fabre, directeur de recherche de Gartner, en soulignant que sa réussite dépendra de la capacité de NSN (60 000 salariés) à présenter à ses clients « une feuille de route claire sur ses produits et à se montrer transparent sur l'avenir des solutions de Motorola ». Mais le rapprochement est indispensable, d'après lui : « NSN avait deux choix : soit il devenait plus spécialisé, en supprimant des produits et en se recentrant sur certaines activités, soit il essayait de devenir plus grand et de survivre face à des acteurs comme Huawei, Ericsson ou Alcatel-Lucent. Il a choisi cette deuxième solution ».

CDMA, Wimax... Avec ce rapprochement, Nokia Siemens Networks affirme qu'il devrait se hisser à la troisième place aux Etats-Unis, où il serait actuellement le cinquième fournisseur d'infrastructures télécoms. Il devrait aussi se renforcer au Japon, en s'octroyant la première place, et dans d'autres pays, grâce aux accords noués entre Motorola et une cinquantaine d'opérateurs (China Mobile, Verizon Wireless, Vodafone...).

D'un point de vue technologique, NSN va consolider ses activités dans les technologies mobiles GSM et 4G (LTE ou « Long Term Evolution »). Mais il « gagne surtout une compétence qu'il n'avait pas dans le CDMA » (« Code Division Multiple Access »), une technologie concurrente de l'UMTS très développée en Amérique, explique Sylvain Fabre. NSN se renforce aussi dans le Wimax (pour « Worldwide Interoperability for Microwave Access »), une technologie d'accès haut débit sans fil par faisceau hertzien. Mais il reste à voir s'il changera son positionnement par rapport à cette technologie « qu'il avait plus ou moins abandonnée ». Rien n'est moins sûr selon Sylvain Fabre : « Je pense qu'ils vont mettre le Wimax en sommeil et se contenter d'assurer la maintenance des équipements existants ».

Motorola va se recentrer sur le haut de gamme

De son côté, Motorola, qui s'apprête à se scinder en deux activités distinctes début 2011, conserve son offre iDEN (« Integrated Digital Enhanced Network ») liée à la transmission de données, ainsi que la majorité des brevets associés à ses produits d'infrastructure mobile. Une fois scindée, son activité Motorola Solutions sera recentrée sur « les infrastructures haut de gamme », a expliqué Greg Brown, co-PDG de Motorola, lors d'une conférence de presse. Eloignée des opérateurs, elle devrait cibler les administrations, la sécurité publique et les grandes entreprises.

Christophe Dutheil

Partager

NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS