Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Nokia réduit la voilure sur le marché entreprises

, ,

Publié le

L'équipementier télécoms se désengage des boîtiers de sécurité et des solutions de messagerie mobile pour entreprises. Il poursuivra ses activités via des partenaires spécialisés.

Nokia réduit la voilure sur le marché entreprises

L'heure est aux grands mouvements chez Nokia. En butte à un ralentissement sur son coeur de métier des téléphones mobiles - il table sur une baisse de ses parts de marché au troisième trimestre 2008 -, l'équipementier finlandais vient d'annoncer l'arrêt imminent de deux de ses lignes de produits destinés aux professionnels : les boîtiers de sécurité et la messagerie mobile. Nokia affirme qu'il restera présent mais s'appuiera désormais sur les solutions de partenaires incontournables comme Cisco, IBM ou Microsoft (il a d'ailleurs acquis en septembre une licence Microsoft Exchange ActiveSync pour offrir aux professionnels un accès mobile aux serveurs de messagerie Microsoft Exchange).

La fin d'une époque...

Le désengagement de Nokia du marché de la sécurité ne semble pas vraiment surprendre les analystes. « Nokia est entré par accident sur ce créneau. Il fait aujourd'hui office de tout petit acteur qui n'avait plus pour lui que sa réputation. Il perdait chaque année des parts de marché et n'avait plus une réelle maîtrise de la technologie », estime Eric Domage, directeur études et conseil chez IDC. Avant d'ajouter que son activité se limitait à la « fabrication de boîtes, aujourd'hui banalisées, alors que ce qui compte sur ce marché ce sont les logiciels ». Des logiciels qui étaient en grande partie fournis par Check Point (en particulier les pare-feux et les réseaux privés virtuels).

Autre problème, Nokia était confronté à un Cisco dominant et omniprésent. Selon les estimations d'IDC, la part de marché de Cisco dans les boîtiers de sécurité s'élevait à 30% à la fin du deuxième trimestre 2008. Le constructeur américain était alors suivi de Juniper (9%), de Fortinet (4%) et de Nokia (3%). Puis d'une multitude d'acteurs - comme les français Netasq ou Arkoon - sur un marché particulièrement « écrasé ».

Exit Intellisync pour les entreprises

Mais les boîtiers de sécurité ne sont pas le seul segment professionnel concerné par la réorganisation. Nokia vient également d'indiquer qu'il envisage d'arrêter « le développement ou le marketing de ses propres solutions de mobilité derrière le firewall », dont Intellisync - une offre de messagerie mobile et de synchronisation pour professionnels tombée dans son escarcelle en 2005 pour la bagatelle de 430 millions de dollars. Le fabricant précise que certaines technologies seront finalement utilisées pour son nouveau service grand public de push d'emails.

Il semble d'ailleurs que les récents revirements sur le marché entreprises se traduiront par un renforcement des offres pour les particuliers. Au lendemain de son annonce, Nokia a communiqué sur un nouveau rachat : celui d'Oz Communications, un spécialiste québécois de la messagerie mobile grand public. « Nokia a une histoire très compliqué, marquée par des aventures dans toutes sortes d'activités comme le bois. Ils n'ont plus besoin de faire la preuve de leur capacité de rebond », conclut Eric Domage.

Christophe Dutheil

A lire également :
Nokia s'apprête à lancer son premier téléphone à écran tactile

Nokia annonce racheter la totalité de l'éditeur Symbian

Environ 500 salariés sont concernés par la vente de la branche « appliances de sécurité » de Nokia, selon Reuters.


Sony Ericsson poursuit lui aussi sa réorganisation

La réorganisation annoncée en juillet par Sony Ericsson - et la suppression de 17% des effectifs de la société, soit 2 000 emplois - se poursuit. Le constructeur vient d'annoncer qu'il a effectué de premières annonces internes sur les sites et postes qui seront affectés par son plan de licenciement. Il apportera davantage de détails le 17 octobre, à l'occasion de la publication des résultats de son troisième trimestre 2008.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle