Electronique

Nokia peut-il encore se relever ?

, , ,

Publié le

Le géant finlandais de la téléphonie mobile chancelle. Sa cotation boursière est au plus bas depuis 1997, son dernier smartphone subit un revers technique et ses parts de marché reculent de plus de 8%. Mauvaise passe ou champ du cygne ? Les analystes restent plutôt optimistes, mais l'année 2012 sera décisive.

Nokia peut-il encore se relever ? © D.R.

"C'est un désastre" s'est exclamé Thomas Langer, analyste de WestLB. Il était interrogé par l'agence Reuters suite à l'effondrement mercredi du titre Nokia à la Bourse d’Helsinki. Le géant finlandais a en effet vu la valeur de ses actions chuter de 14,5% mercredi, puis encore de 7,2% jeudi. Tombée à environ 3 euros, elle est à son plus bas niveau depuis 1997.

Cette dégringolade fait suite à un avertissement du groupe sur ses résultats dans sa branche téléphones. Elle est également due à l'annonce d'un bug logiciel sur son nouveau modèle phare, le Lumia 900, qui vient juste de sortir aux États-Unis. Le constructeur a décidé d'offrir 100 dollars de communications aux abonnés AT&T qui ont acheté le Lumia. Mais ce problème technique est un nouvel écueil  pour le groupe, en perte de vitesse depuis de nombreux mois.

S'il demeure encore le premier fabricant mondial de téléphones mobiles dans le monde, Nokia a désormais un genou à terre. Selon Gartner, le groupe finlandais détenait encore en 2011 : 23,8% du marché, devant Samsung (17,7%) et Apple (5%). Ses parts de marché sont cependant en recul de 8,4% par rapport à 2010. Et sur le segment des smartphones, que les analystes considèrent comme l'avenir de la téléphonie mobile, Nokia est troisième avec 17,9% du marché, derrière Samsung (18,5%) et Apple (18,9%).

La situation est donc préoccupante pour le géant finlandais dont 2012 sera une année clé. Pourra-il se remettre debout ? "Oui, Nokia a encore une chance de revenir sur le devant de la scène, mais il n'occupera plus dans la position de leader incontesté du marché", commente pour L'Usine Nouvelle, Nick Dillon, analyste pour Ovum, cabinet britannique d'analyse de marché. Un avis partagé par Roberta Cozza, directeur de recherche chez Gartner. "Nokia a les moyens de se sortir de cette difficile situation, mais la route sera longue. Nous n'anticipons pas de reprise possible de ses parts de marché avant 2013."

Un virage des smartphones plutôt loupé

A l'image d'un Sony, qui s'est fait voler la vedette sur le marché des baladeurs par Apple et son iPod, Nokia a sous-estimé l'émergence de l'internet mobile et de son principal support : le smartphone. "Les premiers smartphones étaient bien des téléphones Nokia, mais équipés du système Symbian, dont l'interface utilisateur n'était pas assez novatrice, et surtout dépourvus d'écran tactile et d'un catalogue d'applications à installer sur le terminal, deux éléments clés du succès de l'iPhone", rappelle Roberta Cozza. 

En 2011, Nokia a décidé d'abandonner Symbian et de s'allier avec Microsoft pour  faire de Windows Phone son principal OS pour ses smartphones. Une alliance saluée par les analystes mais qui est arrivée un peu tard. "Nokia a été trop long à réagir face à Apple et Android qui ont pris une longueur d'avance sur le marché des smartphones", poursuit Nick Dillon. Et Windows Phone est loin d'avoir réussi à s'imposer sur le secteur. En 2011, l'OS mobile de Microsoft représentait seulement 2% du marché, selon Gartner. Un chiffre qui devrait cependant grimper à 8% cette année puis à 12% en 2016.

S'il s'agit d'une croissance notable, l'alliance de Nokia et Microsoft est bien celle de deux challengers. "Même si les effets ne seront pas immédiats, ce partenariat portera ses fruits. Il représent en tout cas la meilleure opportunité pour Nokia d'effectuer sa transition de Symbian vers un OS plus adapté aux smartphones", souligne Roberta Cozza.

Navigation GPS et qualité de la photo

Quelles sont les armes dont dispose Nokia se redresser ? Outre son partenariat avec Microsoft, les analystes concèdent au groupe finlandais : une grande popularité de sa marque, un large portefeuille de brevets technologiques et une pénétration notable dans les pays émergents.

Ils mettent également en avant son rachat de Navteq en 2007, éditeur de logiciels de cartographie. Cela lui a permis d'intégrer des fonctions de navigation GPS dans ses terminaux, comme dans le Lumia 800 sorti en 2011. Or, cet usage est en plein boom, au grand dam des fabricants traditionnels de systèmes de navigation GPS. "Le Lumia 800 est aujourd'hui notre meilleure vente pour un produit Windows Phone", indique ainsi Anne Mellot, directrice des achats du distributeur Phone House, pour qui Nokia reste un partenaire de premier ordre.

Autre atout : la qualité des équipements photos intégrés à ces terminaux. "Le prochain Nokia 808 PureView, attendu pour mai, offrira des capacités photos parmi les meilleures du marché, avec notamment un capteur de 41 mégapixels", poursuit la responsable. Phone House met également en avant les prix attractifs des terminaux Nokia sur le milieu de gamme. Un atout non négligeable alors que de plus en plus de consommateurs achètent des téléphones nus, c’est-à-dire sans subvention des opérateurs mobiles.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte