Nobel 2007 de physique et chimie : Français et Allemands récompensés

Gerhard Ertl a reçu aujourd'hui à Stockholm le prix Nobel pour ses travaux de chimie de surface. Tandis que le Nobel de physique a été attribué hier à Albert Fert et Peter Grünberg, à l'origine de la découverte de la « sprintronique ».

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Nobel 2007 de physique et chimie : Français et Allemands récompensés
Le Nobel de chimie a été décerné aujourd'hui à l'Allemand Gerhard Ertl, 71 ans, pour ses travaux sur les applications industrielles, des fertilisants aux pots catalytiques. Il a été le premier à s'intéresser à la chimie de surface et à créer la méthodologie des catalyseurs. Cette étude permet de comprendre divers processus, dont la rouille et le fonctionnement des catalyseurs de voitures. La chimie de surface peut expliquer, selon l'Académie, la destruction de la couche d'ozone.

Le prix de physique a été décerné au couple franco-germanique Albert Fert et Peter Grünberg. Dixième Nobel de physique français et premier du 21e siècle, Albert Fert, 69 ans, directeur scientifique de l'Unité mixte de Physique au CNRS depuis 1995, a été un des pionniers des études de nanostructures magnétiques. En 1988, il découvre la magnétorésistance géante (GMR). La découverte des deux lauréats, interface entre l'électronique et le magnétisme, permet de lire l'information stockée dans les disques durs, de plus en plus petits.

Elle a eu un impact très important sur les technologies de l'information et de la communication, comme la création des Ipod et des mp3. Le couple franco-germanique recevra le 10 décembre, une médaille, un diplôme et un chèque à se partager d'1,08 millions d'euros. Ils avaient déjà reçu en 2007, une distinction scientifique : le Japan Prize 2007.

Camille Harel


La « souris transgénique » : Prix Nobel de médecine

Les Américains Mario Capecchi et Oliver Smithies et le Britannique Martin Evans ont reçu le prix Nobel de médecine 2007 pour leurs découvertes dans le domaine de la génétique.
Les chercheurs ont notamment découvert comment manipuler génétiquement les cellules souches de souris, en mettant au point la technique dite du ciblage de gène.
Une étape fondamentale ouvrant la voie à des applications « dans tous les domaines de la biomédecine », explique le Comité Nobel, qui a décerné le prix à Stockholm. Elle pourrait permettre de trouver des traitements de maladies dégénératives comme Alzheimer ou le cancer et les maladies cardiovasculaires.

Solène Davesne

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS