L'Usine Auto

Nissan reste amer après la fuite de Carlos Ghosn du Japon

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

Nissan réagit à la fuite de Carlos Ghosn vers le Liban. Mardi 7 janvier, le constructeur automobile a fustigé un acte "extrêmement regrettable" de son ancien patron soupçonné de malversations financières.

Nissan reste amer après la fuite de Carlos Ghosn du Japon
Carlos Ghosn avec des ouvriers de Nissan, à l'époque où il dirigeait toujours le groupe japonais.
© Wikimedia commons

Nissan sort de son silence. Mardi 7 janvier, le constructeur automobile a finalement réagi à la fuite de Carlos Ghosn vers le Liban malgré son assignation à résidence au Japon. L’entreprise ne pèse pas ses mots contre l’ancien patron de l’alliance Renault-Nissan, soupçonné de malversations financières et d’abus de confiance.

Carlos Ghosn “bafoue le système judiciaire japonais”

“La fuite de l’ancien président Carlos Ghosn vers la République libanaise sans la permission du tribunal, en violation des conditions de sa liberté sous caution, est un acte qui bafoue le système judiciaire japonais”, commente le groupe dans un communiqué. “Nissan trouve cela extrêmement regrettable”, ajoute l’entreprise.

De la même manière, le gouvernement japonais a jugé “injustifiable” le départ de l’homme d’affaires. Arrêté en novembre 2018 puis placé en liberté surveillée, Carlos Ghosn a dénoncé à de multiples reprises un traitement partial de la justice japonaise, allant jusqu’à pointer du doigt un éventuel complot mené par des dirigeants de Nissan. Après sa fuite vers le Liban fin décembre 2019, l’ex-patron de Renault doit donner une conférence de presse très attendue mercredi 8 janvier.

Nissan veut prendre “les mesures légales appropriées”

À la veille de cette intervention, Nissan rappelle les soupçons qui pèsent sur le magnat de l’automobile : “L’enquête interne [de Nissan] a découvert des preuves irréfutables des actes variés d’inconduite de Ghosn, notamment une déclaration erronée de sa rémunération et un détournement des actifs de l’entreprise pour son profit personnel.”

L’entreprise japonaise insiste également sur une procédure visant Carlos Ghosn aux États-Unis et sur les enquêtes en cours en France. Renault a effectivement épinglé plusieurs millions d’euros de dépenses suspectes attribuées au dirigeant. “Nissan continuera à faire ce qui est juste en coopérant avec les autorités judiciaires et réglementaires chaque fois que cela sera nécessaire”, ajoute le groupe.

“L'entreprise continuera de prendre les mesures légales appropriées pour tenir Ghosn responsable du préjudice que sa mauvaise conduite a causé à Nissan”, conclut le constructeur. En l’absence de Carlos Ghosn, l’hypothèse d’un procès le visant au Japon s’est toutefois amoindrie.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

07/01/2020 - 10h07 -

Voilà le "Citoyen du monde " qui à vu le sien passablement rétrécir ces derniers jours !...Et pour bien nous convaincre que le Japon n'est pas une démocratie -alors qu'avant cette affaire ce pays n'avait que des qualités , (voir ce qu'en disait Chirac) - voilà qu'un certain avocat vient faire "le pieds de grue" sur les plateaux pour plaider la cause du pauvre homme ? Mais sans rien connaitre des détails de l'affaire ? On aimerait autant de sollicitude pour les voleurs de mobylettes ? Comme quoi, qui veut tuer son chien, et l'accuser d'avoir la rage est toujours d'actualité ! La ficelle est un peu grosse ! Surtout lorsqu'on écoute certains médias qui qualifie cet escroc manipulateur d'Arsène lupin ? Lui détroussait les riches et pas les pauvres !........Et quand on voit ce pauvre Macron hypnotisé par le baratin de son premier de cordée, il me fait penser au charmeur de serpent face à son reptile ! Dire qu'on qualifie ce type de Capitaine d'industrie ? J'en est honte pour eux !
Répondre au commentaire
Nom profil

09/01/2020 - 10h45 -

Est-ce digne d'une justice dans un pays démocratique comme le Japon et de la part de procureurs d'orchestrer (avec l'aide d'une presse japonaise complaisante) l'arrestation de Carlos Goshn à sa descente de l'avion ?? Cette orchestration coupable "a été servie" au monde entier, alors qu'elle ne c'est pas passé de cette manière l ! Il y a de quoi s’interroger par la suite des événements...et des "illégalités" (droits de la défense et autres) qui ce sont produites par la suite, sans excuser nullement ce qui s'avère être en effet le fait que Carlos Goshn a commis (ce qu'on appelle en France) des "abus de bien sociaux" durant ses 17 ans de mandat ! Les procureurs japonais avaient le droit de saisir l'ensemble de la comptabilité japonaise de Nissan, pour en extraire toute la vérité (par exemple des multiples contrats signés par des personnes morales et surtout japonaises comme des hauts cadres dirigeants) Est-ce qu'ils l'ont fait ? Des acteurs responsables son partis de Nissan pourquoi ?
Répondre au commentaire
Nom profil

09/01/2020 - 12h39 -

Monsieur, Votre antimacronisme, de toute évidence viscéral (ce qui est tout à fait votre droit) ne doit pas vous pousser à écrire n'importe quoi. Quelles que soient les soupçons portés par la justice japonaise à l'encontre de M. Ghosn, on peut difficilement lui nier le qualificatif de "Capitaine d'industrie" compte-tenu de ce qu'il a fait de Renault. Les résultats parlent d'eux-même. Il suffit de voir ce qu'il est advenu de cette entreprise et de l'alliance depuis le début de l'affaire Ghosn. Quant à la façon dont il a mené cette entreprise, c'est un autre sujet et je comprends qu'on puisse ne pas être d'accord avec sa façon de gérer l'entreprise. Avait-il le choix dans cet univers ultra concurrentiel? Personnellement je n'en sais rien. Quant au soi-disant hypnotisme exercé par M. Ghosn sur Emmanuel Macron, vous êtes bien mal informé. Sinon vous sauriez que les relations entre ces 2 hommes n'ont jamais été au beau fixe. Et c'est un euphémisme.
Répondre au commentaire

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte