L'Usine Auto

Nissan produira des véhicules dans les usines françaises de Renault

, , ,

Publié le , mis à jour le 18/01/2013 À 14H02

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a assuré que le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, s'est engagé à ce que le constructeur japonais vienne en aide à son partenaire français en produisant des modèles dans ses usines de l'Hexagone. Les deux groupes n'étaient pas en mesure de confirmer cette information. Cette décision serait finalement conditionnée par la signature de l'accord compétitivité actuellement en discussion avec les syndicats.

Nissan produira des véhicules dans les usines françaises de Renault © Webstern Socialist - Flickr - C.C

En tant que premier actionnaire de Renault, l'Etat veut s'assurer que le constructeur maintiendra son niveau de production en France. Le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg, invité de la matinale de RMC ce vendredi 18 janvier est donc revenu sur le plan de suppression de 7 500 postes, annoncé par le groupe cette semaine, et a révélé avoir convaincu le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, de faire produire sur le territoire des véhicules du constructeur japonais.

"Je préfèrerais que Renault continue à embaucher, mais lorsque vous avez un marché qui chute, comment vous voulez faire pour préserver l’outil industriel ?", s'est interrogé le ministre. Au même moment, le constructeur annoncait une chute de ses ventes de 6,3% en 2012 au niveau mondial. Arnaud Montebourg a ensuite réaffirmé qu'il était "hors de question qu'il y ait la moindre fermeture d'usine ni la moindre pression sur les salariés", avant d'ajouter : "je l'ai dit à Carlos Ghosn".

"Je souhaite que Nissan mette du travail sur les chaînes françaises"

Le ministre a ainsi révélé avoir eu une conversation téléphonique jeudi avec le patron de Renault-Nissan, durant laquelle il lui avait demandé de "réinvestir en France" : "Je lui ai dit: je souhaite que vous mettiez dans la négociation le fait que, comme vous êtes aussi le dirigeant de Nissan et que Renault contrôle Nissan, que Nissan se porte au secours des usines françaises et mette du travail sur les chaînes françaises".

"La réponse est positive", a finalement déclaré Arnaud Montebourg, expliquant que Carlos Ghosn avait accepté sa proposition. "Quand Renault va mal, il est normal que Nissan se porte au secours, cela s'appelle une alliance", a-t-il insisté.

Une décison peu suprenante mais pas encore confirmée

Du côté de Renault, on indique ne pas être en mesure de confirmer une décision qu'aurait prise Carlos Ghosn en sa qualité de PDG de Nissan. Cependant, on précise ne pas s'étonner d'une telle décision. Un site comme Maubeuge, où est produit la Kangoo, assemble bien depuis l'année dernière des véhicules d'une autre marque, à savoir Mercedes et son utilitaire Citan. A l'inverse, plusieurs véhicules de Renault sont ou ont été assemblés par des usines européennes de Nissan, comme par exemple l'utilitaire Trafic à Barcelone.

Chez Nissan, rien d'officiel non plus. Le constructeur précise simplement qu'une confirmation officielle pourrait intervenir dans la journée.

La conclusion d'un accord compétitivité, condition sine qua non

"La signature d'un accord nous mettra en mesure de prendre des engagements sur l'affectation de volumes venant de nos partenaires", a finalement déclaré à l'AFP un porte-parole de Renault en milieu de journée. Il apparaît donc clairement que le constructeur pourra jouer de cet argument pour faire pression sur les syndicats avec qui il négocie actuellement.

En début de semaine, Carlos Ghosn avait d'ailleurs déjà indiqué qu'il fallait d'abord conclure les négociations avant d'envisager plus d'activité pour les usines françaises. "En améliorant la compétitivité de la France et de ses sites, Renault devient plus attractif pour qu'éventuellement ses partenaires lui confient plus de tâches", avait-il confié à l'AFP lors de son passage au salon automobile de Détroit.

Julien Bonnet

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

21/01/2013 - 15h54 -

Il est un fait incontestable : l’alliance Renault-Nissan domine le marché de l’électrique en Europe. Renault, avec la Fluence ZE et la Kangoo ZE (plus le Twizy dans une autre catégorie) et Nissan avec la Leaf font plus de volumes que les autres constructeurs ! Renault et Nissan travaillent main dans la main pour faire avancer le véhicule électrique, aussi cette possibilité ne serait qu'une suite logique !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte