Nissan porte plainte contre Carlos Ghosn et réclame des sanctions sévères

Le 11 janvier, Nissan a déposé une plainte au Japon contre Carlos Ghosn, son ancien président. Le PDG de Renault était déjà poursuivi pour abus de confiance et malversations. Il s'agit cette fois de l'une des premières plaintes du constructeur japonais contre le dirigeant. Au fil des semaines, le groupe Nissan multiplie les démarches pour couper les ponts avec l'industriel libano-brésilo-français.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Nissan porte plainte contre Carlos Ghosn et réclame des sanctions sévères
Nissan a déposé une plainte au Japon contre Carlos Ghosn, son ancien président.

Nissan redouble ses attaques contre Carlos Ghosn. Vendredi 11 janvier, le constructeur automobile a annoncé le dépôt d’une plainte auprès du tribunal de Tokyo contre son ancien président. Le même jour, le PDG de Renault et ex-président de Nissan a été à nouveau inculpé au Japon pour abus de confiance aggravé et pour avoir sous-déclaré ses revenus dans plusieurs rapports boursiers de Nissan entre 2015 et 2018.

Nissan a déposé cette plainte “sur la base du détournement d'une somme importante des fonds de l'entreprise", explique le groupe dans un communiqué. "Nissan ne tolère en aucun cas de tels méfaits et réclame des sanctions sévères", ajoute-t-il. Nissan explique aussi poursuivre son enquête interne sur de potentielles dépenses illégales avec l’argent du groupe.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Carlos Ghosn était déjà inculpé pour abus de confiance. Le justice japonaise soupçonne en effet le dirigeant d’avoir utilisé des fonds de Nissan pour payer un homme d’affaires saoudien qui l’aurait aidé à se sortir de difficultés financières. Des accusations contre lesquelles le PDG s’est déjà défendu, le 8 janvier, à l’occasion de sa première audience publique.

Nissan accentue la pression sur Carlos Ghosn

Quelques jours après l’arrestation de Carlos Ghosn, en novembre 2018, Nissan avait révoqué son patron de la présidence du conseil d’administration. Malgré tout, jusqu’à présent, c’est le bureau des procureurs de Tokyo qui menait principalement les charges contre l’industriel libano-brésilo-français.

Sans déposer plainte directement contre Carlos Ghosn, le constructeur japonais n’a pas manqué d’accentuer la pression sur le magnat de l’automobile. En décembre 2018, au Brésil, l’entreprise avait déposé une plainte contre la soeur de Carlos Ghosn, Claudine Bichara de Oliveira, pour “enrichissement injustifié”. Le même mois, Nissan cherchait également à contacter les administrateurs du groupe Renault au sujet de son enquête interne sur Carlos Ghosn. Un épisode qui avait suscité des tensions entre les deux alliés.

Le 11 janvier, les avocats de Carlos Ghosn ont déposé une demande de libération sous caution. La requête a néanmoins peu de chances d’aboutir. Si le refus se concrétise, le PDG de Renault restera détenu au moins jusqu’au 10 mars 2019.

<< Retrouvez ici notre grand dossier consacré à l'affaire Carlos Ghosn

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS