Nicoll veut équiper les isbas russes

Le fabricant de matériaux de synthèse pour le bâtiment, numéro 1 de la gouttière en France, accélère son expansion internationale.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Nicoll veut équiper les isbas russes

A 50 ans, Nicoll se paie une seconde jeunesse. Spécialisée dans l'injection et l'extrusion de pièces en plastique pour le bâtiment et les travaux publics, l'entreprise choletaise vient d'annoncer un plan de croissance à cinq ans. Au programme du numéro 1 français des gouttières et des systèmes d'évacuation d'eau pour le sanitaire: l'extension de sa zone de chalandise à l'international et le développement de nouveaux produits. S'adapter aux Spécificités régionales. Le démarrage officiel est prévu pour janvier 2007, avec une réorganisation du management et l'arrivée d'un nouveau directeur du développement, issu de l'industrie automobile. Premier chantier: le déploiement hors frontières. Nicoll veut franchir la barre des 25% à l'export en cinq ans. «Impossible de rester cantonné au marché français. La construction se porte bien, confirme Roland Besnard, le directeur général. Mais le volume dans le bâtiment reste sous contraintes, faute de bras dans les entreprises du secteur. »

Les cibles : l'Europe de l'Est, du Sud et la Russie où les débouchés sont alléchants. Gouttières noires pour isbas slaves ou cuivrées pour villas espagnoles, l'adaptation de l'offre aux attentes régionales est la clé de l'expansion. La collaboration entre marketing et R&D a notamment été renforcée pour coller aux besoins émergents et prospecter auprès des prescripteurs locaux. «Nous voulons aussi développer notre croissance organique en accentuant notre politique d'innovation, explique Roland Besnard. En 2001, 5% du chiffre d'affaires venait des nouveaux produits, nous sommes aujourd'hui à 11%.» Nicoll a lancé, il y a peu, deux gammes de caniveaux hydrauliques pour la récupération des eaux de pluie. Le dernier-né sera présenté à Pollutec. 4 millions d'euros sur trois ans ont été consacrés au projet. Depuis septembre, l'entreprise tente aussi une percée sur la salle de bains avec Docia, un système de receveurs et de siphons pour douche à l'italienne (de plain-pied).

Efforts aussi sur les outils industriel et logistique, qui ont bénéficié de nouvelles machines et d'agrandissements. Une nécessité puisque le groupe produit et expédie depuis Cholet 145 000 commandes par an vers 5 700 points de vente.

M. D.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS