Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Nicolas Sarkozy sur tous les fronts

,

Publié le


Le nouveau ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie a tenu à rassurer tout le monde, des organisations écologistes au syndicat des énergies renouvelables, en passant par les salariés d'EDF et de GDF, lors du débat sur l'énergie qui s'est tenu hier devant les députés. Débat qui doit préparer le dépôt, en mai, d'un projet de loi sur les orientations énergétiques de la France. Un exercice acrobatique pour le Ministre, qui relève parfois du grand écart.
Premier chantier, les changements de statut d'EDF et de GDF (qui doivent devenir des sociétés anonymes) restent prioritaires et seront menés tambour battant, pour que les deux entreprises puissent faire face à l'ouverture du marché le 1er juillet prochain. Sans pour autant toucher au statut des salariés, assure le Ministre. Mais l'examen du projet de loi nécessaire à ces changements pourrait cependant être repoussé, selon François Roussely, le président d'EDF : le Conseil d'Etat reporterait l'examen de ce texte en raison des négociations ouvertes entre la direction et les syndicats.
Second grand axe de la politique énergétique de la France : la relance d'un programme de maîtrise de l'énergie, qui doit renouer « avec le dynamisme de 1974 ». Au menu : contrôler la consommation liée aux transports et à l'habitat, en travaillant notamment sur une nouvelle fiscalité énergétique avant la fin de l'année, et sur des abaissements de seuils pour la réglementation thermique.
Pour la partie production, L'EPR, le réacteur nucléaire franco-allemand de troisième génération, est à nouveau à l'ordre du jour pour remplacer le parc actuel. La pilule sera difficile à avaler pour les écologistes et les partisans des énergies renouvelables, malgré les déclarations de Nicolas Sarkozy, qui veut faire passer la part de l'éolien et de l'hydraulique de 15 % à 21 % d'ici à 2010 (un objectif imposé de toute façon par une directive européenne), grâce à des aides financières notamment.
Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) trouve ces propositions, "tout à fait insuffisantes aujourd'hui", selon le communiqué du SER publié jeudi. « Dans le domaine de l'électricité, la part des énergies renouvelables dans la consommation, qui devrait atteindre 21 % en 2010, alors qu'elle se situe à 15 %, a tendance à baisser, observe le Syndicat. L'éolien, contre lequel la machine administrative est en marche, est très loin de se développer au rythme nécessaire, le photovoltaïque est maintenu à des niveaux ridiculement faibles ».
SL et VL

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle