Nicolas Sarkozy s'empare des dossiers de PSA et du nucléaire

A l’occasion de l’anniversaire de la création du FSI le17 novembre, le président de la République assure que l’existence de cette structure n’a jamais été autant d’actualité. L'occasion pour lui de revenir sur les dossiers chauds du moment, PSA et le nucléaire.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Nicolas Sarkozy s'empare des dossiers de PSA et du nucléaire

Nicolas Sarkozy profite de son discours des trois ans du FSI pour rappeler l’importance de l’industrie en France. Un thème qui devrait être au cœur de la future campagne électorale. Il revient notamment sur plusieurs actualités industrielles, à commencer par l’annonce du groupe PSA de supprimer 6 000 postes en Europe en 2012. Il l’assure : il n’y aura pas de plan social chez PSA. "Les 2 000 salariés concernés seront tous reclassés et il n’est pas question que le constructeur réduise ses dépenses de recherche en France", souligne le président, qui doit recevoir le président du directoire du groupe Philippe Varin dans la journée.

Nicolas Sarkozy rappelle aussi l’importance qu’il accorde au nucléaire en France. "Le nucléaire offre une électricité compétitive, non émettrice de CO2 et non dépendante des énergies fossiles, explique-t-il. Abandonner l’énergie nucléaire serait irresponsable et causerait des dommages considérables pour notre économie et nos entreprises". L’occasion de répondre aux actuels débats entre le parti socialiste et le parti Europe Ecologie Les Verts.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Au coeur de la bataille électorale, le probable futur candidat à l’élection présidentielle estime que si l’industrie a perdu "500 000 emplois entre 2000 et 2007, c’est parce que c’était le seul pays au monde à mettre en place les 35h".

3 milliards d'euros de plus pour le FSI en 2012

En évoquant ces deux dossiers du moment, le président de la République entend aussi réaffirmer l'importance de l'industrie en France. "Quand le fonds a été créé, j'avais en mémoire la disparition de certains fleurons de notre industrie, explique Nicolas Sarkozy dans son discours du FSI. L'industrie doit être notre obsession quotidienne. L’existence du FSI fait consensus et personne ne songe une seconde à le remettre en cause. La crise doit renforcer son ambition et son audace".

Pour atteindre cet objectif, Nicolas Sarkozy assure que 3 milliards d’euros de ressources supplémentaires seront accordés au FSI en 2012 pour l'investissement dans les PME grâce au livret de développement industriel durable. De quoi lui "permettre d’investir dans l'aéronautique, la santé, et les sous traitants nucléaires", d’après le président. Un fonds, un peu à l'image de celui créé dans l'automobile, sera destiné à la sous-traitance nucléaire.

Le gouvernement va aussi renforcer à 500 millions d'euros (contre 300 actuellement) la contribution publique du programme France Investissement auquel participe le FSI. "Je veux aussi que le FSI soit plus présent sur le terrain, en région, et renforce son activité de soutien direct aux PME", souligne le président. Pour ce faire, il annonce le lancement du dispositif FSI-Régions dans le cadre d'un partenariat avec Oseo. Les collaborateurs de cet interlocuteur unique seront accueillis sur les sites d'Oseo, la banque publique de financement des PME et de l'innovation présente sur tout le territoire et forte de 1 600 personnes.

Depuis janvier 2009, le fonds a investi près de six milliards d’euros en fonds propres dans des entreprises françaises de toute taille. Le fonds a investi directement dans 30 PME importantes qui seront les ETI de demain. "Sans le FSI, c'est l'ensemble du capital risque qui se serait écroulé, explique le président. Il y aura moins de dividendes, moins de bonus dans les années à venir, mais pas moins de crédit aux entreprises et aux particuliers".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS