Nicolas Sarkozy rassure les salariés de Photowatt

En déplacement, mardi 14 février, sur le site de Photowatt en Isère, le chef de l'Etat a affirmé son soutien à la filière photovoltaïque.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Nicolas Sarkozy rassure les salariés de Photowatt

C’était certainement son dernier déplacement avant l’officialisation de sa candidature mercredi soir. Chez Photowatt, Nicolas Sarkozy a annoncé les contours de la reprise de l’entreprise par EDF.

EDF doit se développer dans le renouvelable

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Pour l'avenir de Photowatt, la recherche, l'innovation, c'est capital, comme pour toutes les entreprises en France", a-t-il souligné devant les salariés. Ainsi pour justifier la demande du gouvernement auprès d’EDF pour voler au secours de l’entreprise, le président de la République a expliqué : "EDF doit se développer dans le renouvelable, donc le photovoltaïque".

"Nous ne voulons pas que la filière photovoltaïque disparaisse de France", a-t-il martelé.

Les emplois préservés

Puis de promettre la pérennité des emplois aux salariés, probablement rassurés après de nombreuses semaines d’incertitude. "Tous les emplois de Photowatt, tous seront préservés", a-t-il insisté. Il a précisé que 85 d’entre eux seraient embauchés par EDF dans le bassin d’emploi de 60 km autour de Bourgoin.

"Le Président ne manque pas de toupet"

Aussitôt la visite achevée, les reproches ont commencé à fuser de toute part – période pré-électorale oblige. Dans un communiqué, François Bayrou s’indigne et explique pourquoi Nicolas Sarkozy "ne manque pas de toupet". Son porte-parole chargé des questions d’environnement souligne : "Rappelons que la situation de redressement judiciaire de cette entreprise) n'a d'autre conséquence que les décisions du Président de la République lui même, qui, avec le moratoire sur le photovoltaïque début 2011, a mis à terre cette filière émergente".

Le "pompier pyromane"

Réaction identique du côté d’Europe Ecologie – Les Verts. Eva Joly qualifie le Président de "pompier pyromane", dans un communiqué.

"Alors qu'il est prêt à mettre des milliards d'euros pour le nucléaire, le gouvernement sacrifie la filière photovoltaïque et utilise ses déboires comme justificatif fallacieux pour défendre sa politique énergétique pronucléaire. C’est un sabotage organisé", accuse-t-elle.

Quant au candidat socialiste, François Hollande, c'est son conseiller aux affaires énergétiques qui a réagi. François Brottes a repris les propos d'Eva Joly, qualifiant le déplacement du chef de l'Etat auprès des salariés d'"opération de pompier pyromane". "C'est fort de café de voir tout ce qui n'a pas été fait pour faire démarrer les énergies renouvelables", estime-t-il.

Un tarif de rachat spécifique pour les panneaux "made in France"

L'annonce du gouvernement tombe alors à point nommé. En effet, le gouvernement va créer un tarif de rachat spécifique, plus élevé, pour l'électricité photovoltaïque produite à partir de panneaux fabriqués en France. c'est ce qu'a indiqué la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet, le même jour.

"Il va y avoir un tarif plus élevé, d'au moins 10%, quand l'électricité sera produite à partir de panneaux fabriqués en France, c'est-à-dire à partir de 60% de valeur ajoutée produite en France", a expliqué la ministre aux journalistes de l'AFP.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS