Nicolas Sarkozy promet des "propositions" pour l'usine de Florange

Le président de la République annonce lundi qu'il fera prochainement "des propositions précises" pour le site ArcelorMittal de Florange, menacé de fermeture.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Nicolas Sarkozy promet des

"La France ne laissera pas tomber son industrie sidérurgique." Interrogé lundi matin sur RTL sur la situation d'ArcelorMittal Florange, le président-candidat affirme que "le haut-fourneau doit pouvoir repartir au 2e semestre de cette année". Arrété depuis octobre 2011, cette installation est le dernier haut-fourneau en activité dans la région.

"J'aurai l'occasion de faire des propositions très précises sur le sujet dans les prochains jours", affirme-t-il. Nicolas Sarkozy s'est opposé au projet de son adversaire François Hollande, qui compte obliger un industriel se désengageant d'une usine française à la céder à un repreneur.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Je ne vois pas l'intérêt de cette proposition", affirme le président. "Je préfère une autre solution", par exemple qu'à travers le Fonds stratégique d'investissement (FSI), "l'Etat décide d'investir pour donner du travail, pour moderniser le site". "Ce qui a du sens c'est d'investir" pour une meilleure compétitivité.

Plusieurs pistes sont envisagées

Nicolas Sarkozy souhaite qu'ArcelorMittal fasse des investissements au premier semestre pour que le haut-fourneau reparte au 2e semestre. Le président-candidat dit mener une discussion "franche et directe avec la direction".

Florange pourrait également se développer grâce au projet Ulcos, un programme européen de captage-stockage de CO2. L'Etat est prêt à soutenir ce projet en mettant 150 millions d'euros dans le cadre du Grand Emprunt.

"Je parlerai en fin de semaine avec le président de la Commission européenne" de ce sujet sur lequel "nous sommes en concurrence avec d'autres projets en Europe", précise Nicolas Sarkozy.

Ces annonces n'ont pas du tout convaincu les syndicats. Edouard Martin, représentant CFDT au CCE d'ArcelorMittal, a déclaré que le redémarrage du haut-fourneau "serait étonnant, il faudrait que le marché reparte". Son collègue de la CGT a été plus incisif : "ce sont des effets d'annonce, on voit bien que le but de la manoeuvre est de laisser passer les élections", affirme Jean Mangin, délégué CGT au comité d'entreprise de Florange.

L'interview de Nicolas Sarkozy en vidéo


EXCLU - Nicolas Sarkozy, Président de la... par rtl-fr

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS