Nicolas Sarkozy en fait-il trop chez SEB ?

Solène Davesne ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

« J'aime les usines », a assuré Nicolas Sarkozy chez SEB à Pont-Évêque (Isère). Alors qu'il ne s'est pas encore officiellement déclaré candidat, le président de la République est déjà en opération de reconquête du vote ouvrier. Chez SEB, il a exalté la culture ouvrière, où « chacun est sur un pied d'égalité », et accusé ses adversaires de « le laisser tout seul dans les usines ». Tant pis si ces derniers - de François Hollande à Marine Le Pen - se bousculent au chevet de l'industrie. « J'aurais préféré travailler ici plutôt que dans une banque, car c'est concret », a encore glissé Nicolas Sarkozy à l'oreille d'un salarié, avant de partir. « Tu lui as dit que tu étais responsable du sourcing en Chine ? », a demandé à son tour un collègue, hilare.

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte