Nicolas Sarkozy confirme le projet de la banque de l’Industrie

Pendant plus d’une heure hier soir, dimanche 29 janvier, le chef de l’Etat s’est expliqué sur une série de mesures pour relancer et soutenir l’économie. Parmi elles, la création d’une banque de l’industrie, mais aussi la création d’une TVA sociale qui  ne dit pas son nom. Tour d’horizon.

Partager
Nicolas Sarkozy confirme le projet de la banque de l’Industrie

1 – La banque de l’Industrie
C’est une idée annoncée le 18 janvier dernier, à l’issue du sommet de crise organisée avec syndicats et patronat, à l’Elysée. Nicolas Sarkozy en a précisé les contours et justifié l’existence hier soir. "Nous allons annoncer la création d’une banque de l’industrie, filiale d'Oséo, qui est la banque des PME" a annoncé le Président de la République. "Parce que des chefs d'entreprise me le disent tous les jours : les banques ne prêtent pas assez. Et quand les banques prêtent, elles prêtent trop cher", a-t-il fait remarquer.

Le chef de l’Etat déplore notamment que les entreprises n’ont pas accès au crédit de manière suffisante, alors qu’elles sont au cœur de l’économie. Cette banque fonctionnera avec un milliard d'euros de fonds propres. "Je dis à tous ceux qui veulent investir que cette banque prêtera ces fonds pour l'économie réelle, et non pas pour l'économie financière", a par ailleurs précisé le chef de l’Etat. L’établissement devrait voir le jour dès le mois de février.

2 – Une augmentation de la TVA
Nicolas Sarkozy ne veut pas parler de TVA sociale ; le terme pour lui "n’a aucun sens". Quelle que soit la dénomination, il y aura bien une augmentation de la TVA de 19,6% à 21,6%. Cette hausse ne concernera pas les produits dits de première nécessité. Une augmentation de la CSG sur les revenus financiers sera également appliquée. Ces hausses devraient permettre de soulager de 13 milliards d’euros les charges des entreprises. A compter du 1er octobre, autrement dit bien après l’élection présidentielle. La mesure reste donc pour le moment très hypothétique. Si elle est censée améliorer la compétitivité des entreprises par un report des charges sur les produits de consommation, l’idée reste très controversée. A gauche, mais aussi à droite…

3 – Favoriser l’apprentissage
L’idée ici est d’inciter fortement les entreprises de plus de 250 salariés à intégrer des apprentis à hauteur de 5% de leur effectif total. Nicolas Sarkozy entend mettre cette mesure en place progressivement d’ici à 2015. Les sociétés qui ne se conformeront pas à cette directive se verront infliger de lourdes amendes.

4 – Améliorer la flexibilité de l’emploi
L’objectif pour le chef de l’Etat est de permettre aux entreprises de s’adapter facilement aux réalités du marché. Pour cela, il souhaite d’ici à deux mois aboutir à des accords "compétitivité-emploi" avec les partenaires sociaux, qui seront ensuite proposés aux salariés dans les sociétés. Avec cette mesure, comparable à celle appliquée déjà en Allemagne, Nicolas Sarkzoy y voit là l’occasion de tourner la page des 35 heures.

5 - Une taxe sur les transactions financières
La France sera bien la seule dans un premier temps en Europe à appliquer cette mesure, mais Nicolas Sarkozy entend bien voir cette taxe de 0,1% sur les transactions financières mise en place en août prochain. Seraient concernés les mouvements sur les entreprises françaises, sur les dettes souveraines, et les achats spéculatifs sur ordinateurs. L’objectif pour l’Etat est de "récupérer un milliard d’euros en année pleine avec cette taxe".

Le chef de l’Etat s’est par ailleurs exprimé sur le cas de l’entreprise Lejaby, dont plus de 90 salariés se retrouvent dans l’incertitude après un plan de reprise. "Je ne laisserai pas tomber les gens de Lejaby", a promis Nicolas Sarkozy, qui espére pouvoir présenter "dans quelques jours" une solution pour l'usine d'Yssingeaux (Haute-Loire).

Avec cette intervention, le chef de l’Etat a tenu à montrer qu’il restait sur tous les fronts, dans son rôle d’hyper-président, prêt à prendre les problèmes du moment à bras le corps. S’il s’agit pour lui de "réamorcer de la croissance sans dépenser un centime", il a bien pris soin de préciser qu’il excluait de mettre en place un troisième plan d'économies. L’idée est plutôt de recréer de l'activité en France et d’être plus compétitif.

De quoi se montrer aussi pour lui plus combatif. Une posture logique et stratégique à quelques mois de l’élection présidentielle. Et d’ailleurs, s’il n’a pas annoncé officiellement sa candidature, Nicolas Sarkozy a bien précisé hier soir qu’il a "un rendez-vous avec les Français". "Je ne me déroberai pas", a-t-il affirmé.

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingenieur-e Mécanique

Safran - 23/11/2022 - CDI - Poitiers

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

67 - Seltz

Construction d'un bâtiment d'accueil au camping Salmengrund Seltz

DATE DE REPONSE 09/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS