Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Nicolas Sarkozy confiant sur la vente de Rafale au Brésil

,

Publié le

WASHINGTON (Reuters) - Nicolas Sarkozy s'est dit confiant sur la vente de chasseurs français Rafale au Brésil après un entretien avec son homologue brésilien Luiz Inacio Lula da Silva à Washington en marge du sommet sur la sécurité nucléaire.

"Je suis confiant. Les choses progressent exactement comme on avait prévu que cela progresserait (...) On est parfaitement en ligne avec ce qui a été dit et fait il y a un an lors de mon voyage au Brésil", a ajouté le chef de l'Etat français lors d'une conférence de presse.

La semaine dernière, le ministre brésilien de la Défense, Nelson Jobim, avait déclaré que l'armée de l'air de son pays penchait en faveur du Rafale, construit par le groupe français Dassault Aviation, malgré un coût plus élevé que celui de ses concurrents.

Brasilia, qui compte se doter d'avions de chasse, en est aux dernières étapes de son choix concernant l'achat de 36 appareils, d'un montant de plus de quatre milliards de dollars, qui doivent être montés au Brésil. Le contrat pourrait, à terme, porter sur plus de 100 avions.

Les trois finalistes de l'appel d'offres sont le Rafale, le Gripen fabriqué par le suédois Saab, et le F-18 Hornet de l'américain Boeing.

L'avionneur français espère remporter l'appel d'offres lancé par Brasilia pour équiper son armée de l'air et démarrer des négociations exclusives cette année.

Nicolas Sarkozy a par ailleurs évoqué un possible contrat avec les Emirats arabes unis, faisant étant d'"une forte espérance en ce qui concerne la vente de Rafale par la France aux EAU".

"Nous entrons dans une phase de discussions assez approfondies", a-t-il dit aux journalistes.

Dassault négocie actuellement la vente de 60 Rafale aux EAU. Le 8 février, Jacques de Lajugie, directeur du développement international de la Direction générale de l'armement (DGA), avait déclaré espérer la concrétisation d'un accord cette année, "voire au premier semestre".

Emmanuel Jarry, édité par Jean-Loup Fiévet pour le service français

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle