Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Nexans supprime 36 emplois dans les Ardennes mais investit 1,8 million d'euros à Fumay

, , , ,

Publié le

Le groupe Nexans qui a perdu plus de 500 millions d'euros lors des deux derniers exercices va tailler dans ses effectifs. Trois sites ardennais seront touchés : Fumay, Vrigne-aux-Bois et Donchéry.

Nexans supprime 36 emplois dans les Ardennes mais investit 1,8 million d'euros à Fumay
Tourets de câbles Nexans.
© Nexans

Spécialisée dans la fabrication de câbles pour courant faible, câble LAN pour réseau éthernet ou câble information, l'usine Nexans de Fumay (Ardennes) va payer de plein fouet son fonctionnement en dessous du seuil de rentabilité et la baisse de son chiffre d'affaires (30 millions d'euros en 2014). 28 emplois sur les 176 encore existants sont concernés.

Tous les secteurs de l'entreprise mais surtout la production avec l'abandon de dix postes d'opérateurs seront touchés par ce plan de sauvegarde de l'emploi qui touchera aussi ses consœurs de Nexans Interface à Vrigne-aux-Bois (6 postes) et de Nexans Power Accessories à Donchery (2 postes).

Le nouveau directeur de l'usine fumacienne, Jean Féderspiel a, toutefois, annoncé qu'un investissement de 1,8 million d'euros sera mis en place d'ici 2018 pour améliorer la compétitivité de l'unité de la Pointe des Ardennes. L'usine embauchera aussi deux nouveaux ingénieurs pour renforcer le service recherche et développement et se concentrer sur la quête de produits à forte valeur ajoutée.

Mais le délégué central FO, Dominique Sciot, reste inquiet pour l'avenir en raison du redimensionnement de la structure. "Ce recentrage et la rationalisation du parc machines se traduit par la suppression de 25 % des lignes de production alors qu'on nous a déjà rogné 189 clients pour des raisons de rentabilité. L'effectif de Fumay va tomber à 149 personnes (95 direct et 54 indirect) alors que 598 personnes travaillaient encore ici en 2001."

Outre Fumay, Nexans-France projette la disparition de 186 autres emplois : 70 à son siège de Clichy (Hauts-de-Seine), 38 à Lens (Pas-de-Calais), 22 à Bourg-en-Bresse (Ain), 20 à Autun (Saône-et-Loire), 15 à Lyon (Rhône), 8 à Paillart (Oise), 6 à Draveil (Essonne). 5 à Bohain (Aisne) et 2 à Jeumont (Nord).

Seuls les sites de Mehuns-sur Yère (Cher) et Andrézieux (Loire) seront épargnés.

L'ensemble de ce plan social sera officiellement ratifié les 1er et 2 juillet lors d'un comité central d'entreprise destiné à étudier les mesures d'accompagnement individuels.

Ce nouveau plan de restructuration a été présenté par Nexans le vendredi 12 juin et prévoit la suppression de 224 postes en France, sur 478 en Europe. L’essentiel concernant les fonctions support.

Pascal Remy

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle