L'Usine Auto

Newsteo fait entrer les sons dans la tête de ses clients

, , ,

Publié le

En utilisant les os du crâne pour transmettre la voix, le module de Newsteo libère les mains des utilisateurs et élimine les bruits parasites.

Newsteo fait entrer les sons dans la t&ecircte de ses clients

C'est un bel anniversaire. Après un an d'existence, Newsteo vient de présenter son premier prototype à Euronaval, le salon international de l'armement naval. C'est pourtant un ostéophone, système qui utilise la boîte crânienne pour transmettre les sons vers l'oreille interne, que la société varoise a mis au point. L'objectif est de proposer une solution de remplacement au talkie-walkie.

Les avantages sont multiples : le module, sans fil, ne capte et ne transmet que la voix des personnes équipées. D'une portée de 150 mètres, le système est compact, s'intègre à l'intérieur d'un casque de chantier, de protection ou de sport, et est parfaitement étanche à l'eau, la sueur ou la poussière.
Autant de caractéristiques qui ont séduit les forces navales d'intervention, avec lesquelles Newsteo est en discussion, les marins-pompiers et la Société nationale des sauveteurs en mer (SNSM). La jeune pousse, qui a investi plusieurs centaines de milliers d'euros dans la conception de ce prototype, espère convaincre aussi des industriels.

Les marchés visés sont le B-TP, l'industrie pétrolière, la chimie... ou encore les sports mécaniques ou nautiques! Newsteo ne visait pourtant pas ce marché. Les fondateurs, Franck Przysiek, 32 ans, et Philippe Guènebaud, 42 ans, qui avaient oeuvré dans la même start-up SCM Microsystems à l'époque de la bulle internet, voulaient développer des capteurs industriels sans fil. C'est sur ce projet et sous le nom de Cyrlink qu'ils obtiennent en 2005 le prix émergence du ministère de la Recherche. L'année suivante, ils sont lauréats du prix création-développement. A la clé, 400 000 euros et les premières ventes de capteurs.

les premiers modules arriveront en avril

Mais entre-temps, en prospectant des clients, les fondateurs discutent avec les pompiers. Pour eux, le problème se situe ailleurs. «Au feu, ils ont besoin d'avoir les mains libres et de communiquer clairement malgré le vacarme alentour», explique Philippe Guènebaud. La solution identifiée, l'ostéophonie, répond aussi aux besoins d'autres secteurs. «Nous avons alors décidé de tout miser sur cette innovation.» Au point de changer le nom de la société en Newsteo en octobre dernier. Sur la technologie et la télémétrie, il y avait peu de choses à inventer. «L'ostéophonie est connue depuis plus de deux cents ans», reconnaît le fondateur. C'est sur l'ergonomie et les applications que les associés ont travaillé. En un an, sept brevets ont été déposés. Et ses dirigeants finalisent aujourd'hui une levée de fonds de 500000 euros. Quant à l'ostéophone, il entre en phase pilote. Les trois mois à venir vont être consacrés à l'optimisation avec des clients cibles. Les premiers modules, produits en France par des sous-traitants, devraient être prêts en avril, pour un coût unitaire de 200 euros.

L'équipe est optimiste. Elle vise 1million d'euros de chiffre d'affaires en 2007 et l'embauche de dix personnes. Pourquoi pas ? Leur ostéophone intéresse un industriel du B-TP. S'il est convaincu, ce seront 35000 casques à équiper. L'étape suivante : une négociation avec les fabricants de casques, pour y intégrer le module dès la conception.

Virginie Lepetit


L'innovation
Newsteo a appliqué l'ostéophonie -transmission des sons par les os- à un émetteur récepteur intégré dans un casque. Une membrane souple, placée contre la boîte crânienne, sert à la fois de microphone et d'écouteur. Quand le porteur du casque reçoit un message, la membrane reproduit les vibrations des cordes vocales et propage le son vers l'oreille interne sans passer par le tympan. En émission, l'appareil capte les vibrations induites par les cordes vocales du porteur et les transforme en signal radio. Ce système, qui laisse les mains libres, ne transmet que la voix.

L'entreprise
Siège : Saint-Cyr-sur-Mer (Var)
Création : Octobre 2005
Dirigeants : Franck Przysiek et Philippe Guènebaud
Statut : SAS
Capital : 200000 euros
Actionnaires Les fondateurs, personnes privées
Effectif 10 personnes

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte