New Areva va aider la Chine à construire une usine de retraitement de combustibles nucléaires usés

Lors de la visite d’Emmanuel Macron en Chine, un protocole d'accord commercial en vue de la construction d’une usine de traitement de combustibles nucléaires usés, a été signé entre Areva et le géant chinois du nucléaire CNNC.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

New Areva va aider la Chine à construire une usine de retraitement de combustibles nucléaires usés
Signature du protocole d'accord commercial entre New Areva (Philippe Knoche) et le chinois CNNC le 9 janvier 2018 à Pékin en présence d'Emmanuel Macron, Xi Jinpink et Bruno Lemaire.

Il ne s’agit pas encore d’un contrat ferme, mais un protocole d'accord commercial a été signé entre Areva et le chinois China National Nuclear Corporation (CNNC) pour la construction d’une usine de retraitement et de recyclage des combustibles nucléaire usés. Areva fournira pour 10 milliards d’euros de conseil et ingénierie industrielle. Le projet total s’élève à environ 20 milliards d’euros.

Areva serait en charge de l'ingénierie, des études de conception et de la fourniture de l’ensemble des équipements de recyclage et d’informatique industrielle. Le Français réalisera l’accompagnement dans la phase de réalisation, avec assistance à projet pour la construction, les essais et à la préparation de l’exploitation, explique Areva qui se montre très pudent dans son communiqué qui annonce que "New AREVA et CNNC saluent les progrès significatifs des négociations du contrat pour le projet d’usine chinoise de traitement et recyclage des combustibles usés".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un contrat de 10 milliards d'euros

Ce pré-accord a été signé à Pékin en présence du président français Emmanuel Macron et de son homologue Xi Jinping. Il est le fruit de dix ans de négociations. Le contrat final devrait être signé au printemps. Le chantier doit débuter en 2020 et l’usine entrer en fonctionnement en 2030. Sœur des usine HPC 2 et 3 d’Areva à la Hague (Manche) et de celle de Melox à Marcoule (Gard), l’usine chinoise pourra retraiter jusqu'à 800 tonnes de combustibles usés par an et produire du combustible "MOX".

Pour Areva, il ne s’agit pas à proprement parlé d’un transfert de technologie. Mais ce type de contrat n’est pas une première. Une usine Mox est toujours en chantier à Savannah River, en Caroline du Sud, aux Etats-Unis pour retraiter des déchets du nucléaire militaire américain. Mais le chantier, qui a débuté en 2005, a subi retards et dépassements de budget et est encore à l’arrêt, faute d’investissements supplémentaires. Areva a aussi aidé le Japon dans la construction d’une usine de traitement de ses déchets nucléaires, en formant des équipes à la production de Mox. Mais l’opérateur japonais bute sur la technologie de vitrification, non fournie par Areva.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS