Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Neuro3d Les futurs traitements des maladies psychiatriques

Publié le

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Charles Woler cherchait la bonne idée pour créer une nouvelle société. Après avoir dirigé et vendu Cadus Pharmaceuticals aux Etats-Unis, il sélectionne le projet d'entreprise mature le plus prometteur, parmi plusieurs dossiers alors entre les mains de la société de capital risque Sofinnova Partners. En novembre 2000, Charles Woler crée Neuro3d avec 7,6 millions d'euros investis par Sofinnova et sa consoeur Apax Partner. Quatre ans après, Neuro3d vient de lever 31,5 millions d'euros lors de son troisième tour de table, une somme record en France. Au total, près de 55 millions d'euros sont venus soutenir le projet de Neuro3d.

Pourquoi un tel engouement ? Tout d'abord, en raison des pathologies ciblées : les maladies psychiatriques. Regroupant des troubles encore mal traités comme la schizophrénie, la dépression ou l'anxiété, elles représentent un marché de 38 milliards de dollars. Ensuite, grâce à des essais cliniques courts - de 6 à 8 semaines - des résultats peuvent être obtenus rapidement et à moindre coût. Enfin, pour mettre au point des médicaments innovants, Neuro3d explore des voies originales, en s'appuyant sur l'expertise de ses directeurs de recherche préclinique et clinique. « Ils comptabilisent à eux seuls plus de 45 ans de recherche industrielle dans les différents domaines du système nerveux », souligne Charles Woler.

Et puis, s'il lui manque une technique ou un savoir-faire complémentaire, Neuro3d l'acquiert sans délai. Un chercheur français, qui a travaillé près de 10 ans aux NIH américains (National Institutes of Health) sur l'ARN d'interférence, a ainsi intégré Neuro3d en juillet dernier. Même démarche pour la pharmacologie expérimentale, c'est à dire l'observation des animaux traités : Neuro3d n'a pas hésité, en mai 2003, à acheter Neurofit, une entreprise de Strasbourg spécialisée dans le domaine. Cet achat lui garantit une fiabilité et une reproductibilité des résultats. En 2004, elle lui a aussi apporté 1 million d'euros de revenus sous forme de services pour le système nerveux périphérique, mais cette activité vient d'être revendue à une entreprise australienne.

En 2005, l'équipe en charge, à Strasbourg, de l'expérimentation sur le système nerveux central va être rapatriée à Mulhouse où une animalerie est en cours de construction. Ce regroupement sera le bienvenu car d'autres composés arrivent, cette année, au stade de recherche préclinique. Au niveau clinique, le produit le plus avancé est en essai de phase IIa. Il s'agit de l'ocaperidone, destiné au traitement de la schizophrénie et qui fait l'objet d'un partenariat avec la firme pharmaceutique Johnson & Johnson.

Neuro3d développe aussi ses propres produits. « Deux candidats-médicaments développés en interne, des antidépresseurs, sont en essais cliniques de phase I », rappelle le P-DG. L'avancée de ces essais précliniques et cliniques sera financée par les derniers fonds levés. Ils serviront également à recruter quelques collaborateurs de haut niveau dans les trois prochains mois.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle