Net recul de la production agricole en 2016

PARIS (Reuters) - La valeur de la production agricole a nettement diminué en France cette année, pénalisée par les effets combinés d'une chute des volumes et d'un contexte de prix bas, selon des données prévisionnelles publiées mardi par l'Insee.
Partager

Après deux années de redressement, la valeur totale de la production agricole française hors subvention sur les produits a chuté de 6,9% par rapport à 2015, pour s'établir à 69,2 milliards d'euros cette année.

La valeur de la seule production animale a continué de reculer, cédant 5% (contre -4,5% l'an dernier), principalement sous l'effet d'une diminution de 3,9% des prix, tandis que celle de la production végétale a plongé de 8,9% (après +3,4%), surtout entretenue par le repli de 9,7% des volumes.

Les céréales ont largement contribué à la perte de valeur: à la chute des récoltes (-23,9%) résultant de conditions météorologiques particulièrement défavorables - inondations au printemps puis sécheresse estivale - s'est ajoutée la baisse des prix (-9,2%) découlant de l'abondance de la production au niveau mondial. Au total, la valeur de la production de céréales a plongé de 30,9%.

La production de vin a également connu un fort repli, avec une baisse de 9% des volumes, mais la hausse de 2,8% des prix - soutenue par "la faiblesse des disponibilités, conjuguée à une demande dynamique de la part de la Chine et des Etats-Unis" - a contribué de limiter le recul de la valeur à 6,4% dans le secteur viticole.

Dans la production animale, la perte de valeur est principalement concentrée sur la volaille et les oeufs d'une part et le lait d'autre part. Ces deux secteurs conjuguent un fléchissement des volumes et une baisse des prix, en particulier pour le lait (-7,0%) sur fond de poursuite de la crise laitière.

A l'issue d'une année particulièrement difficile pour le secteur, la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) a appelé mardi les candidats à l'élection présidentielle de 2017 à prendre une série d'engagements en faveur du secteur, faute de quoi la colère des agriculteurs pourrait nourrir le vote extrême.

(Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS