L'Usine Agro

Nestlé Waters s'oriente vers la filialisation de ses établissements industriels

, ,

Publié le

La cession de l'activité de Perrier reste envisagée. Les établissements de Vittel et de Contrex seront réunis au sein d'une structure unique.

Lors de son comité central d'entreprise extraordinaire (CCE) de ce matin, la direction de Nestlé Waters France a présenté  ses «nouvelles orientations» suite à l'impossibilité de mettre en oeuvre l'accord de mise en préretraite de plus de 1 047 salariés. Dans ce cadre, la direction a informé le CCE de sa volonté de filialiser ses établissements industriels ainsi que son siège social. Le but de la manœuvre : fragiliser les syndicats en isolant les sites. Notamment la CGT, fortement majoritaire chez Perrier. Ce syndicat détient 55 % des voix au niveau de Nestlé Waters France.
En vertu de la loi Fillon sur le dialogue social, la CGT avait fait valoir, fin juillet, son droit d'opposition à la mise en place du plan de préretraites pour l'ensemble des usines (Perrier, Contrex, Vittel).
Autre annonce : Nestlé Waters envisage de réunir sur un seul site, les établissements de Vittel et Contrexéville. Concernant Perrier qui pèse pour 5 % des ventes de Nestlé Waters dans le monde, l'hypothèse de la cession reste la plus plausible. Produite à Vergèze (Gard), Perrier est loin d'atteindre le taux de productivité des autres usines du groupe : 700.000 bouteilles par salarié et par an contre 1,8 million chez San Pellegrino en Italie. En effet, les activités périphériques à l'embouteillage (verrerie, jardinage, entretien) n'ont jamais pu être externalisées.
Sylvie Leboulenger

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte