Quotidien des Usines

Nestlé Waters ne souhaite plus vendre les eaux de Quézac

, , , ,

Publié le

Nestlé Waters a mis fin aux discussions pourtant bien avancées avec Eric Besson pour la vente des eaux de Quézac (Lozère).

Nestlé Waters ne souhaite plus vendre les eaux de Quézac
Usine d’Ispagnac des eaux de Quézac.
© Eau de Quezac

Début mai, les choses semblaient actées : un industriel ardéchois, Eric Besson, allait racheter les eaux de Quezac (source et usine d’embouteillage) à Nestlé Waters. Le projet industriel était cohérent : Eric Besson, homme d’affaires parisien, avait racheté en 2012 la source du Pestrin en Ardèche, exploitée sous les marques Ventadour et Chantemerle, et comptait, avec la marque lozérienne Quézac, constituer un ensemble d’eau provenant du massif cévenol.

Les deux parties laissaient la presse annoncer la nouvelle, qui devait être officiellement actée en juin.

Nestlé Waters annonce aujourd’hui 28 mai dans un communiqué que "d’un commun accord, M. Besson et Nestlé Waters France ont décidé d’arrêter le processus en cours, ayant pris acte de l’impossibilité de réunir les conditions indispensables à la réalisation du projet".

Le groupe Nestlé Waters était en négociation exclusive avec Eric Besson, mais, malgré les projets de développement annoncés par l’homme d’affaire, les syndicats étaient inquiets de la reprise. La CGT avait même bloqué la production pendant quatre jours pour dénoncer les négociations exclusives entre les deux parties.

La marque Quézac reste donc pour l’instant dans le giron du groupe Nestlé Waters, qui l’avait rachetée en 1992. Le groupe précise toutefois qu’une cession reste "une option possible".

L’usine d’embouteillage de Quézac, basée sur la commune d’Ispagnac, produit aujourd’hui 500 000 bouteilles par jour (80 millions de litres par an), avec 64 salariés, dont 54 en CDI.

Anne Devailly

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

31/05/2015 - 21h05 -

Bonjour
Contrairement à ce qui est dit dans l'article sur la reprise de QUEZAC par M BESSON , la CGT QUEZAC ,ne s'opposait pas à la cession ,mais demandait que lui soit remis des documents comptable ,pour que les experts (mandaté en Comité d'Entreprise ) puisse travailler en toute transparence . Demandait un "business plan ". Demandait que M BESSON officialise en CE ,les annonces qu'il avait proposé....( garantie sur l'emploi, projet industriel, stratégie marketing..........)
Cordialement
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte