Nestlé envisage de céder ses marques non-rentables

Nestlé, le numéro un mondial de l'agroalimentaire, a laissé entendre qu'il était près de céder ses marques non rentables et de traiter le problème de ses activités qui sous-performent depuis trop longtemps.

Partager
Nestlé envisage de céder ses marques non-rentables

Le directeur général de Nestlé Paul Bulcke a déclaré à des investisseurs que son groupe avait dressé les listes des activités qui pouvaient faire l'objet d'un redressement et de celles pour lesquelles ce n'était pas possible.

"Des désinvestissements, nous en ferons quelques-uns", a-t-il dit. "Nous voulons être dans l'action non dans le doute."

"Les listes définitives sont là et maintenant il est temps d'agir. Le calendrier (des cessions) doit être défini avec soin, mais nous devons passer à l'action", a-t-il ajouté lors d'une présentation à des investisseurs, en insistant sur le caractère prioritaire du remaniement du portefeuille d'activités.

Sans citer de marque spécifique, Paul Bucke a précisé que certaines d'entre elles "étaient sur l'écran radar depuis trop longtemps" sans qu'il se passe quoi que ce soit.

Laissant entendre que le processus de cessions était déjà engagé, des sources ont indiqué à Reuters la semaine dernière que la marque Powerbar de barres énergétiques pourrait être en vente.

Nestlé a moins bien performé que certains de ses concurrents au cours des quatre derniers trimestres, en raison notamment de sa très grande taille et de la multiplicité de ses marques, qui vont des aliments pour bébés Gerber à l'eau Perrier en passant par Nescafé, pour n'en citer que quelques-unes.

Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 92,2 milliards de francs suisses en 2012, avec une capitalisation boursière de 203,81 milliards de francs suisses (166,33 milliards d'euros).

Le directeur général a ajouté que parmi les autres priorités figuraient l'amélioration de sa rentabilité structurelle et la baisse de ses dépenses d'investissement qui devraient se situer autour de 4-5% de ses ventes à l'avenir contre 5,8% en 2012.

Au lendemain d'un avertissement de son concurrent Unilever, qui a fait savoir que le ralentissement des marchés émergents aurait un impact sur ses résultats, Paul Bulcke a reconnu qu'il y avait un ralentissement des ventes sur ces marchés, tout en ajoutant que la croissance était plus régulière qu'avant. Un certain degré de ralentissement est sain, a-t-il souligné, sachant qu'une croissance à deux chiffres sur certains marchés, comme la Chine par exemple, ne pouvait pas durer.

Le groupe a par ailleurs précisé que toutes les options restaient ouvertes concernant sa participation de 29,5% dans le géant des cosmétiques français L'Oréal.

Après quarante ans de cohabitation, Nestlé sera libre, à compter du 29 avril 2014, de vendre cette participation de 29,5% à qui bon lui semble, le droit de préemption le liant à la famille Bettencourt (30,5% du capital) arrivant à échéance. Le groupe sera libre aussi de la conserver.

"L'Oréal, toutes les options sont ouvertes, pas plus de commentaires", a déclaré Paul Bulcke.

Avec Reuters (Martinne Geller)

0 Commentaire

Nestlé envisage de céder ses marques non-rentables

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER Agroalimentaire

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS