Neo Security : Fiducial poursuit son offre, deux autres repreneurs intéressés

[ACTUALISÉ] - Après le désistement du groupe Alyan, Fiducial a annoncé revenir dans la course à la reprise de Neo Security. La holding spécialisée dans la sécurité industrielle parle de deux autres repreneurs potentiels.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Neo Security : Fiducial poursuit son offre, deux autres repreneurs intéressés

Le groupe Alyan, dernier repreneur potentiel de la société de gardiennage Neo Security, a annoncé le 12 juillet qu'il renonçait à son offre de reprise. Il ne disposerait pas de soutiens financiers suffisants, explique le groupe dans une lettre mise en ligne par le syndicat Force Ouvrière.

"En l'état, malheureusement, il n'a pas été possible de disposer d'engagements permettant d'assurer les financements sollicités. Dans ces conditions (...) nous ne poursuivrons pas la reprise de la société Neo Security", a indiqué Pascal Grizot, le PDG d'Alyan, dans cette lettre. "Compte tenu de la situation économique et financière" de Neo Security, Alyan estimait avoir besoin de disposer "d'une enveloppe financière globale de 65 millions d'euros" pour rendre la société "rentable et pérenne".

En grande difficulté financière, Neo Security a été placée en redressement judiciaire le 18 juin dernier. La branche opérationnelle de la holding Néo Sécurité emploie près de 5 000 personnes. Deux offres de reprise avaient alors été déposées, mais les groupes Fiducial puis maintenant Alyan se sont finalement retirés de la course.

Les déboires et les accusations de mauvaise gestion de l'ex-PDG de Neo Security Jean-Michel Houry n'ont fait qu'accabler un peu plus la société de gardiennage. Le 11 juillet, le Canard Enchaîné révélait qu'Houry faisait l'objet d'une enquête de la brigade financière pour abus de biens sociaux.

Fidicial encore dans la course, deux autres repreneurs intéressés

En début de matinée, la société de services aux entreprises Fiducial a annoncée être toujours intéressée par la reprise de Neo Security. Deux autres repreneurs potentiels se sont manifestés, a indiqué jeudi à l'AFP un porte-parole de Neo Security.

"Fiducial a fait savoir mercredi soir (à toutes les parties prenantes à) la procédure (de redressement judiciaire) qu'il continuait à travailler", a indiqué le porte-parole, ajoutant que "deux autres acteurs" étaient "en train de se positionner".

Les deux autres repreneurs sont la société de services aux entreprises Sofinord et le fonds Caravelle. "Sofinord prévoit de reprendre 2 180 personnes, dont 80 administratifs", a indiqué à l'AFP Jean-Jacques Coutreau, syndicaliste FO et représentant des salariés auprès du tribunal.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS