Quotidien des Usines

Neige: "Ce matin, nous n’étions qu’un tiers des effectifs sur les lieux de travail."

, ,

Publié le

Quelques centimètres de neige ont paralysé l'Ile-de-France hier. Eric Cantarel, PDG de l’usine de fabrication d’écran Oray et vice-président de la CCI de l'Essone, explique ce que ce genre de situation signifie pour un patron d'une petite entreprise industrielle.

Neige: Ce matin, nous n’étions qu’un tiers des effectifs sur les lieux de travail.

L’Essonne et les Yvelines étaient bloquées par la neige, hier. Des intempéries qui ont joué sur la vie des salariés parfois bloqués comme ceux du technocentre de Renault ou du CAE de Saclay. Eric Cantarel, PDG de l’usine de fabrication d’écran Oray (Dourdan, dans l'Essonne), a  répondu à l'Usine Nouvelle :

Comment s'est passée la journée d'hier avec la neige ?

Dès 15 h, hier, les ouvriers souhaitaient partir pour rentrer chez eux. J’ai refusé car ce n’était pas raisonnable de les laisser partir sur les routes au vu de ce qui tombait dehors. Je les ai laissé partir à 17h. Certains on fait le choix raisonnable de laisser leur voiture et de marcher 30 minutes jusqu’à la gare RER de Dourdan pour rentrer sûrement. Ceux là sont là ce matin. Un de mes ouvriers est moins chanceux. Il est rentré chez lui à Vélizy. Il a dû laissé sa voiture à 3 kilomètres de chez lui et rentrer à pied. Aujourd’hui, il est arrivé avec plusieurs heures de retard.

Cela a donc un impact sur votre production ?

Oui. Déjà, quand il neige, les ouvriers regardent par la fenêtre, font des batailles de boules de neige. Après tout, les flocons nous rendent notre âme d’enfant. Mais le problème est l'accès à un site qui devient difficile avec les routes fermées ou simplement mal déneigées. Ce matin, la N118 était encore fermée, nous n’étions qu’un tiers des effectifs sur les lieux de travail. Cela fait deux jours que nous avons une productivité réduite de 30%. Mais, il n’y a rien de dramatique.

Du coup, ça reste anecdotique ?

Pour le moment ça ne prête pas à conséquence. Cependant, ces intempéries ont souligné un véritable problème. Le plateau de Saclay et les environs sont mal desservis. Il n’y a toujours pas de tramway. Le métro du Grand Paris est encore loin. Cette neige aura dévoilé que le "tout routier", largement tributaire de la seule N118, est un système qui trouve ses limites. Pour les PME, les dommages économiques sont énormes, notamment dans le cluster de Saclay.

Propos recueillis par Morgane Remy

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte