Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Négociations exclusives entre Vivendi et Etisalat sur Maroc Telecom

, , , ,

Publié le

Vivendi a annoncé mardi 23 juillet entrer en négociations exclusives avec le géant émirati des télécommunications Etisalat pour lui céder sa part de 53% dans Maroc Telecom, principal opérateur de télécommunications du royaume du Maroc. Des investisseurs marocains pourraient être associés à l'opération.

Négociations exclusives entre Vivendi et Etisalat sur Maroc Telecom

C'est fait ou presque. Après des mois d'attente, Vivendi a annoncé mardi l'entrée en négociations exclusives avec Etisalat pour la cession de sa participation de 53% dans Maroc Telecom.

Le conglomérat français, qui avait indiqué l'an dernier vouloir se recentrer sur les médias, indique dans un communiqué publié mardi 23 juillet au matin que l'offre d'Etisalat valorise sa part dans Maroc Telecom à un prix par action de 92,6 dirhams marocains (8,31 euros).

Pour Vivendi, la transaction se traduira par un produit de cession en numéraire de 4,2 milliards d'euros, « dont 310 millions d’euros au titre du dividende 2012 ». Ce prix est très proche de la valeur en bourse de la part de Vivendi, alors qu'au début du processus de vente le groupe français espérait en tirer plus. Mais en 2012, les ventes et la rentabilité du groupe marocain ont marqué le pas. Celui-ci reste néanmoins très profitable avec un taux de marge nette de 25%.

Les deux groupes espèrent finaliser cette opération avant la fin de l'année.

Le communiqué précise qu’en "tenant compte de la dette nette de Maroc Telecom, la transaction s’effectue sur une valeur d’entreprise proportionnelle à la participation de Vivendi de 4,5 milliards d’euros, soit un multiple de 6,2 fois l’EBITDA’.

L'État marocain détient 30% de Maroc Telecom, coté à la Bourse de Casablanca, et veut notamment s'assurer que le nouveau propriétaire de Maroc Telecom réalisera les investissements nécessaires dans les infrastructures mobiles et haut débit. Etisalat était devenu le seul acheteur potentiel des 53% de Maroc Télécom que Vivendi veut vendre dans le cadre de son recentrage sur les médias après le retrait de l'offre du qatari Ooredoo (ex-QTel) à la mi-juin.

Selon  le communiqué "la conclusion de cet accord est soumise à la (…) consultation des instances représentatives du personnel en France et à la négociation d’accords entre Etisalat et le gouvernement marocain (termes du nouveau pacte d’actionnaires et conditions d’investissement)".

Maroc Telecom qui se dénomme aussi IAM au Maroc est présidé par Abdeslam Ahizoune. Celui-ci est président du directoire depuis 2001 et a été ministre des télécoms du Maroc à plusieurs reprises.

des Investisseurs marocains à la rescousse

Selon le groupe français "des discussions vont se tenir en parallèle avec un consortium d’investisseurs institutionnels marocains dans le but de définir les conditions de son éventuel investissement". Depuis plusieurs mois, la presse marocaine souligne que l’État marocain souhaite voir l’arrivée d’actionnaires nationaux stables en complément d’Etisalat pour une part qui pourrait être de l’ordre de 10%. Un de ces actionnaires pourrait être la CDG (Caisse de dépôt et de gestion), organisme financier public marocain qui finance les grands programmes d’infrastructures du pays et est l’équivalent de la Caisse des dépôts française.

Cette cession est primordiale pour le groupe français, qui veut se recentrer sur le jeu vidéo, la télévision payante et la musique, et qui cherche à réduire sa dette. Vivendi espère "finaliser cette opération" avec Etisalat avant la fin 2013" et ce "sous réserve de l'obtention des autorisations réglementaires requises au Maroc et dans les pays où Maroc Telecom est présent".

Avec Reuters

Un groupe très rentable
Maroc Telecom revendique 33 millions de clients dont 15 millions dans les pays d’Afrique sub-saharienne où il est présent comme le Sénégal, le Mali ou le Gabon. Au Maroc, il est l'opérateur historique et toujours leader devant ses concurrents Meditel (Orange) et Inwi. En 2012, le groupe Maroc Telecom a dégagé un chiffre d’affaires de 2,4 milliards d'euros (en recul de 3% en dirhams) et 602 millions d'euros de profits nets (-17,4%). Etisalat pour sa part est le principal opérateur des Emirats arabes unis. Etisalat qui revendique 140 millions de clients a réalisé en 2012 un chiffre d'affaires de 9 milliards de dollars et 1,84 milliard de dollars de résultat net. Il est implanté dans 15 pays au Moyen-orient, en Afrique et en Asie.

 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle