Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

[Négociations commerciales] Emmanuel Macron rappelle à l'ordre la grande distribution

Léna Corot

Publié le

A l'occasion de ses vœux à l'agriculture, Emmanuel Macron est revenu sur les négociations commerciales actuellement en cours. Il a mis la pression sur les industriels et distributeurs, en menaçant de dénoncer les mauvaises pratiques.

[Négociations commerciales] Emmanuel Macron rappelle à l'ordre la grande distribution
A l'occasion de ses "vœux à l'agriculture", Emmanuel Macron a affirmé avoir le sentiment que la Charte d'engagement n'est pas respectée.
© Twitter/Emmanuel Macron/CC

"J'appelle les distributeurs à la responsabilité", a martelé Emmanuel Macron à l'occasion de ses vœux à l'agriculture présentés jeudi 25 janvier à Saint-Genès-Champanelle (Auvergne-Rhône-Alpes). En présence du ministre de l'Agriculture, le président est revenu sur les négociations commerciales actuellement en cours et a appelé à cesser "une guerre des prix délétère".

Emmanuel Macron a notamment menacé de dénoncer ceux qui ne respecteraient pas les bonnes pratiques. En ligne de mire : la grande distribution accusée de fixer des prix trop bas et de ne pas respecter la Charte d'engagement. Charte signée en novembre à l'issue des Etats généraux de l'alimentation et devant permettre une meilleure répartition de la valeur entre les différents acteurs de la chaîne en attendant que le projet de loi sur ce sujet soit adopté. Mais, Emmanuel Macron a déclaré avoir le sentiment que cette charte n'est pas respectée. "On ne peut pas avoir une grande distribution qui ne joue pas le jeu", a-t-il ajouté.

Encadrement des promotions

Afin d'assainir les négociations commerciales en cours et parvenir à un accord, le président a annoncé que les ministres de l'Agriculture et de l'Economie réuniraient la semaine prochaine distributeurs, industriels et agriculteurs. Et il a d'ores et déjà prévenu qu'il dénoncerait les acteurs qui ne respecteraient pas la Charte d'engagement.

Le projet de loi issu des Etats généraux de l'alimentation, quant à lui, doit être présenté mercredi 31 janvier en conseil des ministres. Comme annoncé par le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, le texte prévoit un encadrement des promotions à 34% en valeur (soit trois articles achetés au prix de deux) et 25% en volume. Est également prévu l'expérimentation pour deux ans du relèvement du "seuil de revente à perte" à 10% (ce qui oblige les grandes surfaces à revendre un produit alimentaire au minimum au prix où elles l’auront acheté, majoré de 10%, afin de couvrir les frais de logistique et de transport auparavant assumés par les industriels et agriculteurs).

Même si cette loi est votée par le Parlement, les moyens de contrôle pour s'assurer du respect des mesures seront limités. Il faudra se contenter des moyens de l’Etat : entre la DGCCRF, le ministère de l’Agriculture et un nouveau pouvoir de contrôle donné aux agents de FranceAgrimer. En attendant, une chose est sûre, en 2018 distribution, industriels et agriculteurs, vont continuer à se déchirer autour des négociations commerciales.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

27/01/2018 - 10h29 -

Un bel exemple de la mal bouffe et de l'organisation de l'industrie pour pilier les resources d'un pays qui peut être producteur et manquer de sa propre production ?(Beurre à Noël ) Le système est simple, il faut appauvrir l'offre en rachetant les entreprises sous prétexte de mieux lutter contre la concurrence internationale. Facile avec les normes, l'hygiène et le prix de la matière payée aux producteurs ? Avec une seule entreprise, on peut s'approprier tout le travail d'une région ? Car avec ses besoins indispensables, les producteurs sont captifs du système . Agir sur les cours en réduisant les achats est l'étape suivante ? Puis avec l'industrialisation des procédés et la mécanisation on peut produire des tonnes de produits transformés avec très peu de main d'oeuvre. Avec une telle quantité de produits vous changez d'échelle et pouvez accéder au marché spéculatif . Ce qui fait remonter le prix et parfois même le fait exploser
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle