Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Négociations avec Honeywell : les élus bas-normands quittent la table

, ,

Publié le

Négociations avec Honeywell : les élus bas-normands quittent la table
Doc Honeywell

Social. Scandalisés par l’attitude du groupe américain Honeywell lors d’une réunion de négociations pour sauver le site Honeywell Matériaux de friction de Condé-sur-Noireau (Calvados), les élus bas-normands présents ont rompu les discussions le 15 novembre à la préfecture de Basse-Normandie à Caen.
« Honeywell a présenté un cahier des charges, dont les termes sont inacceptables, au regard de notre proposition de l’aider à construire une usine neuve et performante en échange du maintien à Condé-sur-Noireau de l’activité et de l’emploi, précise Laurent Beauvais, président de la Région Basse-Normandie. Ce cahier des charges tend à démontrer que malgré un investissement global évalué par le groupe à 58 millions d’euros, équivalent au montant de son investissement en Roumanie, sans d’ailleurs préciser la contribution de l’entreprise dans un éventuel investissement à Condé-sur-Noireau, et la suppression de 128 emplois sur les 323 actuels, le site normand resterait structurellement déficitaire à hauteur de 9 millions d’euros par an. Ce qui conduirait, quoi qu’il arrive, à la fermeture rapide de ce site ».

Pour le président de la région et les nombreux grands élus présents cette proposition n’en est pas une. « En rompant les négociations, nous avons voulu mettre fin au double jeu d’Honeywell, souligne Laurent Beauvais. Ce qui fait semblant de négocier sans faire de véritables propositions sérieuses. La direction nous a apporté la preuve de sa détermination à fermer le site de Condé-sur-Noireau et à écarter toute piste de maintien de cette usine. Cette décision a, manifestement, été prise de longue date. Elle s’inscrit dans le prolongement des refus répétés de la direction d’Honeywell de donner suite aux propositions des collectivités d’investir sur ce site. Elle s’inscrit dans une stratégie plus globale d’un groupe qui a fait le choix de quitter l’Europe de l’Ouest ».

En effet lorsque Honeywell a annoncé le mois dernier la fermeture du site de Condé-sur-Noireau pour le 30 juin 2013, il a annoncé en même temps la construction en Roumanie d’une usine spécialisée, comme celle normande, dans les plaquettes de freins pour l’automobile.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle