Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Ne recyclez pas tout seul !

Olivier Cognasse , ,

Publié le , mis à jour le 07/09/2017 À 14H54

Pour progresser sur la recyclabilité des emballages et des produits en fin de vie, industriels et éco-organismes travaillent main dans la main.

Ne recyclez pas tout seul !
Le groupe SEB utilise désormais du plastique recyclé pour la fabrication des boîtiers de générateurs de vapeur pour ses fers à repasser.

Aux troisièmes Assises de l’économie circulaire, qui se tenaient à Paris fin juin, Nicolas Hulot, le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, s’est félicité de l’arrivée d’une nouvelle filière de recyclage. Celle du verre plat qui concerne essentiellement les fenêtres et donc le BTP, plus grand pourvoyeur de déchets en verre. L’idée est de faire « passer le taux de recyclage de 5 % à 50 % ». S’il convient de saluer la création de nouvelles filières, les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous. Ces dernières années, le recyclage des emballages ménagers stagne. « Les deux tiers sont recyclables. Il faut progresser pour atteindre un taux de 75 % avec les mêmes coûts en 2022 », précise Antoine Robichon, le directeur clients et marketing d’Eco-emballages, qui vient de fusionner avec Ecofolio et qui collecte, tri et retraite les emballages ménagers. Le Premier ministre, Édouard Philippe, va même plus loin. Il souhaite ainsi que 100 % des plastiques soient recyclés en 2025. Un objectif très ambitieux.

1.Simplifiez et digitalisez

« Comment faire gagner du temps à nos 50 000 entreprises clientes ? s’interroge Antoine Robichon. En limitant le nombre d’interventions. Cela passe par la transformation numérique pour mieux cibler les différents types d’entreprises, la simplification des démarches, et une meilleure information du consommateur, via les réseaux sociaux et des applis. » Eco-emballages a ainsi développé une nouvelle déclaration simplifiée par unité de vente consommateur (UVC). Cette déclaration sectorielle concerne les entreprises qui consomment jusqu’à 500 000 UVC. Un forfait de 80 euros a été mis en place pour celles qui déclarent moins de 10 000 UVC par an. D’ici à la fin de l’année, un tableau de bord individuel complet qui synthétise l’ensemble des données déclaratives sera accessible. Il permettra à une entreprise de connaître en permanence la répartition de ses contributions entre les différents matériaux mis sur le marché. Eco-Emballages développe aussi le partage des bonnes pratiques et des solutions en open source. Fin 2016, avec la Fédération française des industriels charcutiers, traiteurs et transformatrices de viandes (Fict), il a publié un guide d’écoconception à l’attention des entreprises du secteur pour développer la recyclabilité des barquettes multi-matériaux et aller vers du 100 % PET. Dans le domaine des équipements électriques et électroniques (DEEE), Eco-systèmes met à la disposition de ses adhérents un logiciel sur la recyclabilité du produit et des bases de données sur la fin de vie.

2.Évitez les malus et les matériaux non recyclables

Les industriels ont intérêt à travailler en lien étroit avec les éco-organismes pour développer des produits plus recyclables et réduire la quantité de matières. Le système de bonus-malus sur les contributions des entreprises existe depuis plusieurs années, notamment sur les emballages ménagers (2012). « Le malus peut aller jusqu’à doubler la contribution annuelle. La moyenne se situant autour de 20 % », précise Jean-Charles Caudron, spécialiste du recyclage à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). C’est le cas de certaines encres et colles qui peuvent générer pour une seule entreprise plusieurs dizaines de milliers d’euros de malus. Autre exemple, un fabricant de yaourts vendait ses produits dans des pots en grès pour se donner un air rétro. Or le grès est un véritable perturbateur dans la chaîne de recyclage. Il a opté pour un emballage en verre sérigraphié. Les industriels reçoivent une aide préalable sur les bonus-malus, afin de pouvoir réagir en amont en changeant de matériaux ou de technologies avec des audits financés par les éco-organismes.

3.Suivez les réglementations qui évoluent

Le dernier exemple en date est celui du PET opaque, difficilement recyclable. En avril, le précédent gouvernement instaure un malus sur ce matériau à partir du 1er janvier 2018. La réaction des industriels n’a pas tardé. Emmanuel Vasseneix, le président de la Laiterie de Saint-Denis-de-l’Hôtel (LSDH), a signé un accord avec le recycleur Paprec pour créer une coentreprise et travailler sur un PET opaque recyclable indéfiniment dès 2018. Cet embouteilleur forme et remplit 1,1 milliard d’emballages (40 % de bouteilles plastiques et 60 % de briques) de lait, jus de fruit… « Sur la bouteille de lait en PET opaque sans opercule, nous avions pourtant déjà gagné 30 tonnes d’aluminium et la quantité de plastique est passée de 32 à 24 grammes, explique Emmanuel Vasseneix. L’histoire est instructive. Nous avons mis en place notre technologie et fait valider notre emballage. Mais nous n’avions pas la vision de la filière. » Du coup, l’entreprise s’est retrouvée dans la ligne de mire avec un matériau susceptible de perturber la chaîne de recyclage des PET. Changement de stratégie avec les conseils d’Eco-emballages, « qui a été le catalyseur » pour travailler sur de nouvelles pistes. « Il nous apporte la matière grise, les réflexions sur les filières et la réduction des composants, notamment sur les briques », précise le président de LSDH.

4.Lancez des appels à projet d’écoconception

Au-delà des matériaux à bannir, les éco-organismes travaillent avec leurs adhérents sur l’écoconception avec des programmes de R & D. « Nous avons des contrats avec l’ensemble des industriels. On définit les spécifications techniques. Nous travaillons pour donner une sécurité économique, pour faire les investissements en partageant les risques », explique Richard Toffolet, directeur technique d’Eco-systèmes. Comme avec Somapro, qui développe des préparations culinaires (fonds, de sauce, potages, crèmes…) et produit trois millions de boîtes essentiellement pour les marques de distributeurs (MDD) et la restauration hors foyer (RHF). Cette société familiale, située à Reims (Marne), a commencé par optimiser ses packagings dans les RHF. « En 2015, nous nous sommes intéressés aux MDD, se rappelle Aurore Schmitt, la responsable marketing de l’entreprise. Nous voulions optimiser notre packaging – jusqu’ici composé de carton, PET, polypropylène, aluminium… – pour avoir une longueur d’avance sur la concurrence.» Cette PME a travaillé avec les producteurs d’emballages et a participé à un appel à projet lancé par Eco-emballages. Elle a été sélectionnée et a bénéficié de leur expertise. L’éco-organisme l’a aidée à chaque étape tout en lui apportant un soutien financier. « Résultat : une boîte mono matériau en polypropylène de 11 grammes au lieu de 30. Une boîte conique et empilable à vide, et un gain de place dans les camions. » 

Avec les utilities pour réutiliser la matière

En aval des éco-organismes, les entreprises spécialisées dans le recyclage, comme Veolia, récupèrent, trient et traitent la matière. « Nous travaillons de plus en plus avec les éco-organismes et les industriels sur la réutilisation de la matière, comme avec SEB », explique Françoise Weber, directrice responsabilité élargie du producteur chez Veolia. À l’image de leurs générateurs de vapeur pour fer à repasser dont le boîtier est en plastique recyclé. « Et pour faciliter la collecte des déchets, il faut travailler davantage en amont sur l’écoconception. » 

Réagir à cet article

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus