Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Naval Group Indret se prépare à quatre années fastes

, , ,

Publié le

90 millions d’euros d’investissements, des recrutements par centaines, une réorganisation profonde… Le site Naval Group de Nantes-Indret (Loire-Atlantique) spécialisé dans la propulsion se met en ordre de marche pour une période de haute charge.

Naval Group Indret se prépare à quatre années fastes
Dans la propulsion nucléaire le site Naval Group à Nantes-Indret doit en particulier réaliser les systèmes propulsifs des sous-marins Barracuda.
© Naval Group

Le site Naval Group de Nantes-Indret (Loire-Atlantique) est engagé sur un plan d’investissements de 90 millions d’euros sur la période 2017-2021 dont un bon tiers pour les machines, en particulier celles d’usinage. Disposant de 20 machines "stratégiques", le site, spécialisé dans la propulsion de navires de surfaces et de sous-marins, doit renouveler une partie de ce parc pour mieux se projeter sur les programmes qui l’attendent. Une part importante de cette enveloppe ira au développement de produits et de process, tels la fabrication additive. Les bâtiments seront également adaptés aux évolutions organisationnelles que connaît le site.

Forte charge

Ce plan d’investissements correspond à quatre années de forte charge à venir. D’ici à 2022, cette charge représentera un volume annuel de 1,9 million d’heures de travail à comparer aux 1,3 million d’heures de 2016. Le site est engagé dans 22 programmes. Dans la propulsion nucléaire (66 % de l’activité), Indret doit en particulier réaliser les systèmes propulsifs des sous-marins Barracuda, programme au stade de réalisation, et celui des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de nouvelle génération, en phase d’études pour une série de quatre, le premier étant livrable en 2033.

450 embauches

Ce plan de charge a impliqué 200 recrutements en 2017 et 250 cette année. L’effectif est passé de 900 à 1 200 salariés en trois ans auxquels s’ajoutent les 200 salariés Naval Group du Technocampus Océan. Les deux “Job dating” avec une immersion d’un jour dans l’entreprise, organisés en décembre et en mars dernier, ont porté leurs fruits. Le groupe recherchait des compétences variées : ingénieurs, techniciens, mais aussi des usineurs, chaudronniers… Jean-Luc France, le directeur du site, souligne l’importance de la méthode managériale MBTI (dite des 16 types) dans cette évolution générationnelle des effectifs, le dirigeant ayant par ailleurs mené une importante réorganisation du site par lignes de produits.

Emmanuel Guimard
 

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus