Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Naval Group et Leonardo discutent d'une alliance dans les torpilles

, , ,

Publié le , mis à jour le 17/06/2019 À 07H40

Après la coentreprise Naval Group-Fincantieri, le groupe français serait prêt à se rapprocher de Leonardo. Vendredi 14 juin, le PDG de Naval Group Hervé Guillou a rapporté des discussions actives entre les deux entreprises en vue d'une alliance dans les torpilles.

Naval Group et Leonardo discutent d'une alliance dans les torpilles
Hervé Guillou a évoqué l'alliance avec Leonardo dans les torpilles à l'occasion de la signature avec Fincantieri de leur accord. /Photo d'archives/REUTERS/Stéphane Mahé
© Stephane Mahe

Naval Group, filiale à 35% de Thales, et l'Italien Leonardo poursuivent leurs discussions en vue de former une alliance dans les torpilles, a déclaré vendredi 14 juin Hervé Guillou, PDG du groupe français. Le dirigeant a ajouté que l'objectif était de faire face à une concurrence accrue dans le domaine.

Un an de discussions sur le projet Marlin

"Cela fait déjà une bonne année qu'on a des discussions actives sur le projet Marlin", a-t-il dit à des journalistes lors d'une conférence téléphonique, sans donner de détails sur le calendrier d'une telle alliance.

"On a un peu la même problématique sur les torpilles que sur les navires : on est dans un marché très fragmenté avec des concurrents plus nombreux qu'avant, pour lequel l'union fait la force", a ajouté Hervé Guillou.

La coentreprise Naval Group-Fincantieri pas élargie à Leonardo

Alessandro Profumo, administrateur délégué de Leonardo, a récemment déclaré que le groupe d'aéronautique et de défense public pourrait nouer des partenariats dans des domaines spécifiques où il n'a pas de positions de premier plan.

Hervé Guillou a évoqué l'alliance avec Leonardo dans les torpilles à l'occasion de la signature avec Fincantieri, un autre groupe italien, de leur accord portant sur le lancement de leur coentreprise à parité dans la construction navale militaire, marquant la première opération transfrontalière en Europe dans cette industrie.

Il ajouté que cette coentreprise ne serait pas élargie à Leonardo, tout en déclarant qu'elle pourrait coopérer avec le groupe tout comme avec Thales.

Avec Reuters (Cyril Altmeyer, édité par Benoit Van Overstraeten)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle