Natixis tombe dans le rouge au T1 et augmente ses provisions face à la crise

PARIS (Reuters) - Natixis a fait état mercredi d'une perte nette de 204 millions d'euros au premier trimestre liée à une moins-value sur la cession de ses parts dans l'assureur-crédit Coface et a porté à 193 millions d'euros son coût du risque afin de faire face notamment à son exposition au secteur de l'énergie.
Partager
Natixis tombe dans le rouge au T1 et augmente ses provisions face à la crise
Natixis a fait état mercredi d'une perte nette de 204 millions d'euros au premier trimestre liée à une moins-value sur la cession de ses parts dans l'assureur-crédit Coface et a porté à 193 millions d'euros son coût du risque afin de faire face notamment à son exposition au secteur de l'énergie. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Le groupe a cédé en février les 29,5% qui lui restait au capital de Coface au groupe américain Arch Capital, pour un montant évalué à environ 480 millions d'euros. Cette opération a généré une moins-value estimée à 112 millions d'euros, a indiqué Natixis.

Hors l'intégration de cette moins-value, la perte nette de Natixis ressort à 87 millions d'euros alors que le résultat brut d'exploitation a chuté de 57% au premier trimestre marqué par la crise du coronavirus.

Le produit net bancaire de Natixis a reculé de 11% sur la période, à 1,75 milliard d'euros, pénalisé par les forts mouvements de marché en mars en raison de la crise sanitaire. Les revenus ont aussi souffert à hauteur de 130 millions d'euros des activités de la banque sur les dérivés actions liés aux dividendes.

La banque française, très présente sur le métier de la gestion d'actifs, a augmenté ses provisions sur le secteur du pétrole et gaz, sur lequel elle était exposée à un risque de défaut à hauteur de 10,1 milliards d'euros à fin mars.

Son exposition atteint 2,5 milliards d'euros, dont 1,1 milliard aux Etats-Unis, sur les producteurs pétroliers indépendants et les sociétés de services vulnérables à la chute brutale des cours du pétrole.

"Un test de sensibilité sur le coût du risque a été conduit avec un scénario macroéconomique sévère. Ce dernier ferait notamment état d’une baisse du PIB français de 9% en 2020", indique Natixis.

"Dans un tel scénario, sur le reste de l’année 2020, le coût du risque pourrait être en ligne avec celui du premier trimestre 2020 ou modérément supérieur", prévient la banque.

Natixis évoque également des "fraudes" pour expliquer la hausse du coût du risque sans fournir plus d'explications dans son communiqué de résultats.

"Dans un contexte aussi incertain, il nous a paru préférable de repousser l’annonce de notre prochain plan stratégique à l’horizon de la fin 2021", a annoncé le directeur général, François Riahi, cité dans le communiqué.

La banque a aussi annoncé l'abandon de ses objectifs 2020, rendus caducs par la détérioration des perspectives économiques et financières.

(Blandine Hénault et Maya Nikolaeva, édité par Jean-Philippe Lefief)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de Certification Clients Production Bio (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 21/01/2023 - CDD - Valence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - TOULOUSE BUSINESS SCHOOL

Travaux de maintenance, réparation et rénovation sur le campus parisien de TBS Education

DATE DE REPONSE 03/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS