Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Nailmatic convertit les vernis à la distribution automatique

, ,

Publié le

Made in France

Nailmatic convertit les vernis à la distribution automatique

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Le vernis à ongles est le segment le plus porteur du marché de l’hygiène-beauté. Il est aussi à part. Pour ce produit particulièrement prisé par les 12-25 ans, le premier critère d’achat est la couleur, puis le prix, la marque ne venant qu’en troisième position. De quoi susciter l’intérêt de nombreuses enseignes

L’opportunité

3,5 milliards de flacons de vernis à ongles sont vendus annuellement dans le monde : le marché a doublé depuis 2006. En France, il a connu une croissance de 7,8% en 2012.
, y compris de mode. Mais comment vendre ce produit alors que les grands de la distribution sélective, comme Sephora, disposent déjà de leur propre gamme Fondée en 2012 par des experts de la cosmétique, la société parisienne Nailmatic a fait un pari : proposer le premier distributeur automatique de vernis à ongles au monde.

Elle a développé une gamme inédite de 63 couleurs de vernis, vendus 5 euros, avec l’expert français en la matière, Fiabila. Restait àmettre au point le distributeur automatique… "Développer le premier prototype nous aurait coûté 300 000 euros, estime Boris Gratini, cofondateur de Nailmatic. Et il aurait forcément connu des problèmes mécaniques dus aux répétitions, 20 à 30 vernis étant vendus par jour." Nailmatic a fait appel à un sous-traitant espagnol, qui avait développé un système de poussoir principalement utilisé pour les canettes et le snacking.

Le distributeur est finalisé et personnalisé en Île-de-France, tandis qu’un autre partenaire fournit le système de monétique, que Nailmatic a voulu innovant. Une à deux fois par mois, la start-up de trois personnes réapprovisionne les machines, qui contiennent 1 000 vernis. En un an, elle a placé quinze distributeurs. La PME reverse 10% à 20% des ventes (2 500 euros par mois sur un bon emplacement) à l’accueillant : Galeries Lafayette, Citadium… Nailmatic espère lever 2 millions d’euros auprès de fonds et d’investisseurs privés. Objectif : financer une division export, et atteindre 1 million d’euros de revenus en 2014. 

Gaëlle Fleitour

L’innovation

À partir d’un système innovant de poussoir conçu par son partenaire espagnol, Nailmatic a ajouté les technologies de paiement (cartes, smartphones, sans contact) d’une start-up israélienne, et des outils de suivi à distance, afin de connaître quotidiennement l’état de chaque machine (ventes, stock, fonctionnement).

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle